LE RETABLE DE L'EGLISE DE LAVONCOURT

Publié le par Patrick Mathie

Dès la fin du XVIIème siècle, la Haute-Saône se lance dans une grande campagne de reconstruction de ses églises. Au XVIIIème siècle, le département se couvre d’édifices aux formes souvent originales et novatrices (Noidans-lès-Vesoul, Blondefontaine, Gy…). Si la fin du XVIIIème siècle affectionne les sobres décors de boiseries, la première moitié de celui-ci et la fin du siècle précédent voient l’explosion des retables baroques.

L'Eglise de Lavoncourt est dédiée à Saint Valentin.

LE RETABLE DE L'EGLISE DE LAVONCOURT

En 268, l'empereur, Claude II Le Gothique, avait beaucoup de difficultés pour trouver des soldats pour ses multiples campagnes militaires. Aussi, il décida d'interdire les mariages car, pour lui, les hommes mariés ne faisaient pas de bons soldats. Valentin décida de marier secrètement les jeunes amoureux.

Pour avoir  transgressé la loi, Claude II le fit arrêter.

En prison, Valentin reçut beaucoup de messages de soutien et d'encouragement , car beaucoup croyaient en l'amour. Certains lui mettaient même des fleurs sur sa fenêtre.

LE MIRACLE DE VALENTIN

Julia, la fille de son geôlier, aveugle de naissance fut touchée par cette arrestation et demanda à son père de le rencontrer.

Durant sa captivité, elle lui rendit de nombreuses visites. Elle lui apportait même à manger. Valentin lui décrivait le monde, la nature et lui parlait de son Dieu.

Touché par la détresse de la jeune fille, Valentin implorait son Dieu matin et soir pour qu'elle retrouve la vue.

Puis, un soir, lors d'une de ses visites, une lumière illumina la cellule. Julia se mit à pleurer car un miracle venait de se produire, elle voyait enfin ! « Je suis heureuse » dit-elle « je voulais tellement voir tout ce que vous m'avez raconté? ».

Devant ce miracle, toute la famille de Julia se convertit à la religion chrétienne.

LA MORT DE VALENTIN

L'empereur Claude II  fut informé rapidement de ce miracle et Valentin, ayant refusé de renier son Dieu, fut condamné à mort.

La veille de sa mort, il écrivit une dernière lettre à Julia, l'invitant à rester près de son Dieu et la signa : « de votre Valentin ».

Le lendemain, Valentin fut battu, brisé par les coups de bâtons des soldats romains, pour être enfin décapité sur la via Flaminia, le 14 février 268 (l'équivalent du 14 février).

Il est dit que Julia planta un arbre rose fleuri d'amandes près de sa tombe. L'amandier est, aujourd'hui, un symbole d Amour et d Amitié.

source:http://www.saintvalentin.org/

Le retable de l'église Saint Valentin de Lavoncourt ( Photo Abeille et petites mains)

Le retable de l'église Saint Valentin de Lavoncourt ( Photo Abeille et petites mains)

Les retables en Haute Saône

Dès la fin du XVIIème siècle, la Haute-Saône se lance dans une grande campagne de reconstruction de ses églises. Au XVIIIème siècle, le département se couvre d’édifices aux formes souvent originales et novatrices (Noidans-lès-Vesoul, Blondefontaine, Gy…). Si la fin du XVIIIème siècle affectionne les sobres décors de boiseries, la première moitié de celui-ci et la fin du siècle précédent voient l’explosion des retables baroques.

Le retable de Lavoncourt " un chef d'oeuvre de la culture sur bois".

Retable du maître-autel - XVIIIe siècle. En bois polychromé et doré, mis en place dans le premier tiers du XVIIIe siècle. Structure du type adossé, à ordre sur soubassement, composé de trois corps.


Décor :

-dans le corps central, toile figurant un épisode de la vie de Saint Valentin, patron de la paroisse, surmontée d'une Colombe du Saint-Esprit dans une nuée et flanquée des statues de saint Joseph (à gauche) et de saint Antoine (à droite).

-dans les ailes, statues de deux saints évêques (difficiles à identifier en l'abscence de leurs attributs).

-au couronnement : buste du Père Eternel avec globe terrestre dans un cartouche.

Une série d'anges aux attitudes variées ponctue la composition du retable : deux angelots de part et d'autre des ailes; quatre angelots et deux anges atlantes au couronnement; deux anges adorateurs en amortissement des colonnes extérieures.

Couronne impériale au sommet du couronnement et pots à feu en amortissement des pilastres.

Le retable de Lavoncourt semble relever de la brillante production des ateliers bisontins du début du XVIIIe siècle et n'est pas sans parenté avec des ensembles du Haut-Doubs et de la Savoie."


En savoir plus sur http://www.guide-tourisme-france.com/VISITER/eglise-saint-valentin--lavoncourt-9506.htm#KCItQdovckqXVbhd.99

Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)

Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)

UN SECRET DEVOILE !

Jean Paul Carteret, Maire de Lavoncourt, attire l'attention du visiteur sur une particularité de l'église: lorsqu'on se place dans la nef centrale, face au retable, on s'aperçoit que le choeur est nettement décalé sur la droite.... Quel est ce mystère?

Si l'on regarde le bas côté gauche de l'église on peut remarquer, à côté d'un pilier une ouverture en biseau, une sorte de meurtrière assez grande. En allant de l'autre côté du pilier on accède à une chapelle. Un volet permet de masquer ou de dégager l'ouverture décrite précédemment...

Le décalage du choeur sur la droite a été réalisé sciemment afin que, depuis la chapelle située à gauche, l'axe de vision des "nobles" puisse se diriger sur le Maître autel et ceci sans être vus par les "manants" ( on peut imaginer qu'une tenture ou un mur séparait la chapelle des travées).

L'ouverture en biseau et, de l'autre côté, le volet permettant de l'obstruer ou de la dégager.
L'ouverture en biseau et, de l'autre côté, le volet permettant de l'obstruer ou de la dégager.

L'ouverture en biseau et, de l'autre côté, le volet permettant de l'obstruer ou de la dégager.

L'église de Lavoncourt a été reconstruite plusieurs fois, la dernière reconstruction datant du XVIII ème siècle, mais les chapelles latérales et le clocher sont les vestiges de l'église du XVème siècle.

 

                 Photos de l'église: Hervé
 
VOIR LE SITE:
 

http://rvall.eklablog.com/randonnee-lavoncourt-1-2-a83615986

 

 

 

 

Patrick MATHIE .décembre 2016

Commenter cet article

Brian 23/12/2016 06:04

Vous me donnez soudainement envie d’aller à la découverte de cette église. Ça tombe bien ! Je vais à Lavoncourt très bientôt. En tout cas, je vous remercie pour ce petit cours d’histoire.

Evelyne et André et André 28/12/2016 07:46

si vous venez dans notre coin, d'autres merveilles sont à découvrir : le retable de mon village : Tincey en struc des frères Marca. Le village magnifique de Ray sur Saône et son église, (les 2 toujours ouvertes la journée) mais également l'église romande de Grandecourt et sa crypte (sur demande) Si je suis sur place je vous conduirai avec plisir, sinon l'un de nous le fera volontiers j'en suis certaine. Nos petits villages ont tous une histoire, à nous de la faire revivre et de la transmettre. Merci de votre intérêt

Patrick Mathie 23/12/2016 10:19

L'église est ouverte pendant la journée, l'accès se fait par une porte latérale sur la place du monument aux morts.

Patrick Mathie 23/12/2016 10:14

Merci! La recherche de documents, d'informations historiques et locales est à la base de l'action de la section "Histoire des Villages" de Lavoncourt. "Faire connaître", préserver le patrimoine et la Mémoire en sont les objectifs. S'ils sont atteints nous en sommes très heureux!