Temoignagnes de la vie d'autrefois: Les CartesPostales

Publié le par Patrick Mathie

 LA CARTE POSTALE "PRECURSEUR"

Deux modèles de cartes postales officielles réalisées par l'imprimerie nationale sont mis en circulation le 15 janvier 1873, en application de la Loi du 20 décembre 1872 : 
- Une affranchie à 10 centimes pouvant circuler à découvert dans la circonscription d'un même bureau. 

- Une autre affranchie à 15 centimes pouvant circuler de bureau à bureau. 

carte précurseur
 

La seule illustration que comporte ces cartes est une frise de 4mm d'épaisseur encadrant la partie réservée à l'adresse du destinataire. 
Le succès est immédiat et dépasse les espérances de l’administration des postes. Les imprimeries nationales sont débordées et le ministre des finances autorise, le 7 octobre 1875, les imprimeries privées à éditer des cartes postales.

La carte postale acquiert ses lettres de noblesse lors de l'Exposition universelle de 1889, où une carte dessinée par le graveur Léon-Charles Libonis représentant la tour Eiffel fut vendue à 300 000 exemplaires.

carte Libonis

Carte gravée en 1889 pour l'exposition universelle de Paris

Le Marseillais Dominique Piazza semble être le premier à avoir commercialisé, en France, des cartes photographiques en 1891. Cependant, les cartes photographiques imprimées restent excessivement rares avant 1897. 

carte Rava


carte Rava

Carte expédiée en 1899

reférence:http://ubaye-en-cartes.e-monsite.com/

 

 LA CARTE POSTALE  A DOS DIVISE

C'est un arrêté de 1903 qui autorise le partage en deux du dos de la carte: partie gauche pour la Correspondance et droite pour l'adresse.

cpa19010.jpg

 

LA CARTE POSTALE "TEMOIN DE SON TEMPS"

Représentant un paysage, un village, un quartier, un événement et pour peu qu'elles soit "animée" ( présence de personnages) la carte postale ancienne nous permet de découvrir des informations sur la vie d'autrefois dans nos villages saônois, si l'on veut bien la  regarder avec attention et...curiosité : Voici une carte postale représentant la Grand Rue de Ray sur Saône vers 1905.

La grande Rue à Ray sur Saône vers 1905. C'est la Quincaillerie Jardel  qui a commandé les cartes postales.Elles seront vendues dans le magasin.

La grande Rue à Ray sur Saône vers 1905. C'est la Quincaillerie Jardel qui a commandé les cartes postales.Elles seront vendues dans le magasin.

Nous sommes dans la Grand Rue de Ray, vers 1900, au niveau du carrefour qui conduit tout droit à la montée du château et, à gauche, vers Theuley les Lavoncourt et Ferrières les Ray .

L'habillement

Des enfants, des hommes et des femmes se tiennent debout dans la rue, peut être à la demande du photographe "pour créer une animation" ou simplement par curiosité, car à cette époque la venue d'un photographe est un événement! C'est l'été....

Les enfants, au premier plan sont vêtus d'habits clairs. Deux petites filles portent un chapeau qui les protège du soleil. Les femmes arborent des tenues diverses qu'elles ont fait confectionner par la couturière du village à partir de modèles et de patrons parus dans la revue "La Mode Illustrée".

"Les robes du début de la Belle Epoque se caractérisent encore par une taille marquée alors que la tournure disparaît. De 1893 à 1897, la jupe ronde forme une cloche, répondant à d’imposantes manches gigot. En 1898, la ligne sinueuse contemporaine de l’art nouveau, tord le corps féminin en S, jusqu’à ce que le buste se redresse progressivement à partir de 1906. Le corset impose une cambrure drastique alors que la silhouette exige le port d’un aplatisseur de poitrine et d’une petite tournure".

  Mode enfant "1900" dans une revue anglaise

 

Mode Homme et enfants. Catalogue de Vêtements "confectionnés d'avance"

 

On peut apercevoir la fontaine surmontée d'un triton décoratif.

La fontaine et son Triton. Il n'y a que deux fontaines dans le village: la grande fontaine de la place et celle ci située au niveau de la rue de l'Abreuvoir.

Triton

 

LES MACHINES AGRICOLES

Sur la gauche on remarque une machine: il s'agit d'une tarare permettant de vanner les grains de blé qui viennent de sortir de la batteuse. Un tambour actionné à la main centrifuge les grains et les résidus de paille.Un ventilateur à soufflet éjecte cette dernière. Les grains de céréales passent dans des trémies qui les calibrent. Le blé est ensuite mis dans des  sacs qui sont empilés dans la charrette. Poules et coqs viennent récupérer les graines tombées au sol, quelle aubaine!

Notons, derrière la tarare, l'avancée de la "gouliche" sur le mur de la ferme.

  Tarare/Vannoir

 

Affiches pour matériel agricole

 

LES BATIMENTS

 

 

 

 

 

Une peinture publicitaire murale annonce le marchand de vin et spiritueux sur la maison qui sera occupée par une boucherie. Les derniers propriétaires auront été Monsieur et Madame Masuyer.

En avant plan, à gauche, une plaque de cocher* indique la direction de Ferrières et Theuley. La maison qui se situe derrière celle des "vins et spiritueux" sera démolie et remplacée par la maison moderne (quel dommage pour l'esthétique du quartier!) des bouchers qui ont précédé le couple Masuyer.

La devanture du café aujourd'hui "chez Yvette" est encore en bois.

Derrière l'homme,sous l'oculus de la cuisine, une pierre à évier . L'évacuation de la "gouliche" se fait par un plan incliné qui conduit l'eau vers une rigole dans la rue.

 

Plaque de cocher à Chantes

* "La totalité des plaques et mâts de la Haute-Saône ont été conçus et fabriqués dans ces trois fonderies:  Varigney, Beley, La Romaine. Ces usines fournissaient également plusieurs autres départements, par exemple ceux des Vosges, du Doubs…

Ces fonderies proposaient un catalogue avec un choix de modèles de plaques assez conséquent. Néanmoins il ressortait quelques particularités pour chaque fonderies qui permettent aujourd’hui de déterminer l’origine des plaques ou mâts. Toutes ces indications m’ont été fournies par Frédéric CHAUVET".

source:http://plaquedecocher.fr/

Voilà! Chacun d'entre vous, en possession de cartes postales anciennes, peut se livrer à ce petit exercice qui s'apparente aux recherches d'un détective!

Cordialement                                                Patrick MATHIE

 

Commenter cet article