Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association " Les Amis de nos Vieux Villages Haut Saonois". Recherche et communication sur le Patrimoine des villages de Haute Saône

70 Personnes à la conférence "Estienney- Machines agricoles" de Renaucourt.

Après avoir été la siège d'une entreprise de fonderie et d'un haut fourneau, le village de Renaucourt a vu se créer un atelier de construction de batteuses agricoles dont l'activité s'est développée pour en faire une véritable usine dont les productions seront estampillées Estienney- Menetrier. L'activité cessera avec l'arrivée des moissonneuses batteuses automotrices qui sillonnent les champs de céréales du monde entier.

Jean Michel Pothiat s'est penché sur le passé industriel de la famille. Il a rencontré Robert et Manon Estienney  qui lui ont transmis de nombreuses informations. Malgré un âge avancé, mais grâce à leur excellente forme, ils ont assisté à la conférence et répondu aux questions des spectateurs.

 

La famille Estienney-Grobost

Document publicitaire  Estienney-Menetrier

Une salle des fêtes bien garnie
Un conférencier actif

Antérieurement,un haut fourneau avait été érigé en 1767 sur les bords de la Gourgeonne. Il est acquis en 1779 par Richard Mongenet et affermé par le maître de forge Pierre Dornier. Revendu à un autre maître de forges César Dufournel, le site ferme ses portes en 1867.  Le château sera acquis par les époux Huvelin, les bâtiments industriels deviendront une filature de laine puis reconvertis en bâtiments agricoles dont une laiterie. Stanislas Estienney acquiert l'ensemble en 1923 et y implante son entreprise de matériel agricole.

 

Plan de l'implantation du haut fourneau ( au centre) avec le château ( à gauche)

Patrimoine de Bourgogne Franche Comté

Le patouillet servait à laver le minerai de fer qui se présentait sous forme de billes prises dans l'argile.

 

 

Pierre Ménétrier laboureur à Fleurey les Lavoncourt vient s'installer à Renaucourt pour y exercer la profession de menuisier.
Claude Etienne Ménétrier fils de pierre rperend l'activité et y ajoute la consstruction de machine à battre dont le premier exemplaire est vendu en 1838 à un agriculteur de Volon.
Claude Etienne, frère du précédent, améliore considérablement les système de vannagae et de battage.
Emile Amédée, en plus de son activité de constructeur, se lance également dans la vente de matériel agricole Dollé, Deering, Mack Kormik.
Un public attentif.

Passsons quelques générations ...

Robert Estienney né en 1928, s'est installé dans les nouveaux locaux situés sur l'emplacement de l'ancien haut fourneau. Il fabrique des machines à battre fixes et vend des machines agricoles Dollé et Mack Kormik.
En 1932 les premières machines à battre sur roue sont produites. Les expéditions se font par le Tacot à la gare de Lavoncourt
Ala gare des C.F.V. de Lavoncourt

 

 

Lors de la deuxième guerre mondiale c'est l'exode. La famille part pour Bordeaux  car la scierie est classée comme faisant partie du "centre militaire des bois de guerre"  et de ce fait doit se replier. Mais  l'exil s'arrêtera  à Axat dans les Pyrénées après 850km sur des routes encombrées. Le retour en Haute Saône sera lui aussi difficile , les allemands qui envisageaient de faire venir des bavarois en Franche Comté refusent le passage à ceux qui rejoignent les départements comtois.  Après des tractations la famille réussit finalement à retrouver son domicile et ses ateliers.

 

 

Robert Estienney raconte l'épopée de l'exode.
Dans les années cinquante on reprend la consstruction de batteuses ainsi que la vente de tracteurs HH international dont la société devient concessionnaire exclusif.
Concession HH International
Environ 41 000 batteuses ont été construites par l'entreprise qui possédait deux autres ateliers à Vesoul et Pesmes et a employé entre 50 et 60 personnes. Elle fermera ses portes en 1989.

Une belle longévité pour l'entreprise et pour Robert et Manon  Estienney!

Manon et Robert Estienney commentent et répondent aux questions de la salle.

Quelques pas actuels dans les anciennes usines...

L'entrée de la propriété

 

 

Le château du maître de forges

 

Les bâtiments industriels
Le logement ouvrier.
Le portail ouvre sur le village de Renaucourt...tout un symbole!
L'église de Renaucourt

 

Pour aller plus loin: la brochure sur Renaucourt éditée par les Amis.

 

 

 

 

La brochure est en vente auprès des Amis de nos vieux villages

haut saônois

contact: didier.laurent44@wanadoo.fr

 

Jean Michel Pothiat, Manon et Robert Estienney

 

 
Merci à la famille Estienney et à Jean Michel Pothiat de nous avoir fait vivre la saga d'une industrie haut saônoise! Merci au public venu nombreux et à la municipalité de Renaucourt pour son accueil!
Patrick Mathie 19 octobre 2022
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
oassionnant comme à chaque fois, merci
Répondre