Temoignagnes de la vie d'autrefois: Les CartesPostales

Publié le par Patrick Mathie

 LA CARTE POSTALE "PRECURSEUR"

Deux modèles de cartes postales officielles réalisées par l'imprimerie nationale sont mis en circulation le 15 janvier 1873, en application de la Loi du 20 décembre 1872 : 
- Une affranchie à 10 centimes pouvant circuler à découvert dans la circonscription d'un même bureau. 

- Une autre affranchie à 15 centimes pouvant circuler de bureau à bureau. 

carte précurseur
 

La seule illustration que comporte ces cartes est une frise de 4mm d'épaisseur encadrant la partie réservée à l'adresse du destinataire. 
Le succès est immédiat et dépasse les espérances de l’administration des postes. Les imprimeries nationales sont débordées et le ministre des finances autorise, le 7 octobre 1875, les imprimeries privées à éditer des cartes postales.

La carte postale acquiert ses lettres de noblesse lors de l'Exposition universelle de 1889, où une carte dessinée par le graveur Léon-Charles Libonis représentant la tour Eiffel fut vendue à 300 000 exemplaires.

carte Libonis

Carte gravée en 1889 pour l'exposition universelle de Paris

Le Marseillais Dominique Piazza semble être le premier à avoir commercialisé, en France, des cartes photographiques en 1891. Cependant, les cartes photographiques imprimées restent excessivement rares avant 1897. 

carte Rava


carte Rava

Carte expédiée en 1899

reférence:http://ubaye-en-cartes.e-monsite.com/

 

 LA CARTE POSTALE  A DOS DIVISE

C'est un arrêté de 1903 qui autorise le partage en deux du dos de la carte: partie gauche pour la Correspondance et droite pour l'adresse.

cpa19010.jpg

 

LA CARTE POSTALE "TEMOIN DE SON TEMPS"

Représentant un paysage, un village, un quartier, un événement et pour peu qu'elles soit "animée" ( présence de personnages) la carte postale ancienne nous permet de découvrir des informations sur la vie d'autrefois dans nos villages saônois, si l'on veut bien la  regarder avec attention et...curiosité : Voici une carte postale représentant la Grand Rue de Ray sur Saône vers 1905.

La grande Rue à Ray sur Saône vers 1905. C'est la Quincaillerie Jardel  qui a commandé les cartes postales.Elles seront vendues dans le magasin.

La grande Rue à Ray sur Saône vers 1905. C'est la Quincaillerie Jardel qui a commandé les cartes postales.Elles seront vendues dans le magasin.

Nous sommes dans la Grand Rue de Ray, vers 1900, au niveau du carrefour qui conduit tout droit à la montée du château et, à gauche, vers Theuley les Lavoncourt et Ferrières les Ray .

L'habillement

Des enfants, des hommes et des femmes se tiennent debout dans la rue, peut être à la demande du photographe "pour créer une animation" ou simplement par curiosité, car à cette époque la venue d'un photographe est un événement! C'est l'été....

Les enfants, au premier plan sont vêtus d'habits clairs. Deux petites filles portent un chapeau qui les protège du soleil. Les femmes arborent des tenues diverses qu'elles ont fait confectionner par la couturière du village à partir de modèles et de patrons parus dans la revue "La Mode Illustrée".

"Les robes du début de la Belle Epoque se caractérisent encore par une taille marquée alors que la tournure disparaît. De 1893 à 1897, la jupe ronde forme une cloche, répondant à d’imposantes manches gigot. En 1898, la ligne sinueuse contemporaine de l’art nouveau, tord le corps féminin en S, jusqu’à ce que le buste se redresse progressivement à partir de 1906. Le corset impose une cambrure drastique alors que la silhouette exige le port d’un aplatisseur de poitrine et d’une petite tournure".

  Mode enfant "1900" dans une revue anglaise

 

Mode Homme et enfants. Catalogue de Vêtements "confectionnés d'avance"

 

On peut apercevoir la fontaine surmontée d'un triton décoratif.

La fontaine et son Triton. Il n'y a que deux fontaines dans le village: la grande fontaine de la place et celle ci située au niveau de la rue de l'Abreuvoir.

Triton

 

LES MACHINES AGRICOLES

Sur la gauche on remarque une machine: il s'agit d'une tarare permettant de vanner les grains de blé qui viennent de sortir de la batteuse. Un tambour actionné à la main centrifuge les grains et les résidus de paille.Un ventilateur à soufflet éjecte cette dernière. Les grains de céréales passent dans des trémies qui les calibrent. Le blé est ensuite mis dans des  sacs qui sont empilés dans la charrette. Poules et coqs viennent récupérer les graines tombées au sol, quelle aubaine!

Notons, derrière la tarare, l'avancée de la "gouliche" sur le mur de la ferme.

  Tarare/Vannoir

 

Affiches pour matériel agricole

 

LES BATIMENTS

 

 

 

 

 

Une peinture publicitaire murale annonce le marchand de vin et spiritueux sur la maison qui sera occupée par une boucherie. Les derniers propriétaires auront été Monsieur et Madame Masuyer.

En avant plan, à gauche, une plaque de cocher* indique la direction de Ferrières et Theuley. La maison qui se situe derrière celle des "vins et spiritueux" sera démolie et remplacée par la maison moderne (quel dommage pour l'esthétique du quartier!) des bouchers qui ont précédé le couple Masuyer.

La devanture du café aujourd'hui "chez Yvette" est encore en bois.

Derrière l'homme,sous l'oculus de la cuisine, une pierre à évier . L'évacuation de la "gouliche" se fait par un plan incliné qui conduit l'eau vers une rigole dans la rue.

 

Plaque de cocher à Chantes

* "La totalité des plaques et mâts de la Haute-Saône ont été conçus et fabriqués dans ces trois fonderies:  Varigney, Beley, La Romaine. Ces usines fournissaient également plusieurs autres départements, par exemple ceux des Vosges, du Doubs…

Ces fonderies proposaient un catalogue avec un choix de modèles de plaques assez conséquent. Néanmoins il ressortait quelques particularités pour chaque fonderies qui permettent aujourd’hui de déterminer l’origine des plaques ou mâts. Toutes ces indications m’ont été fournies par Frédéric CHAUVET".

source:http://plaquedecocher.fr/

Voilà! Chacun d'entre vous, en possession de cartes postales anciennes, peut se livrer à ce petit exercice qui s'apparente aux recherches d'un détective!

Cordialement                                                Patrick MATHIE

 

Partager cet article

Repost 0

Les Membres des groupes Histoire des Villages et Amis du Vieux Morey en Congrès.

Publié le par Patrick Mathie

Samedi 28 Janvier 2017. Salons du Restaurant L'ETAPE à Lavoncourt.

Une bonne trentaine de congressistes sont réunis sous la présidence d' Evelyne JOLY.

La première partie des travaux est consacrée à l'étude de documents portant sur la période révolutionnaire au temps des "Incoyables" et des "Méveilleuses" de leurs tenues excentriques dignes de Carnaby Street à Londres, des sans culottes et du tutoiement de rigueur entre citoyens. On se concentre ensuite sur l'histoire locale du XVIIIème siècle,avec l'épisode savoureux(!) de la crotte de Chien devant l'église de Champlitte!

Une lecture à deux voix de documents "top secret", tout juste déclassifiés, créé une atmosphère de mystère dans laquelle les étranges coïncidences qui sont relatées laissent à penser que nous vivons, sans le savoir, dans des mondes parallèles: le Titan et le Titanic, la mort similaire du roi d'Italie  et d'un homonyme roturier, les accidents d'avions identiques survenus, au large de la Sardaigne à deux personnes portant le même nom...! Le mystère reste entier!

La lecture des documents soumis à la réflexion des congressistes. L'"Etrange" s'invite au Congrès!
La lecture des documents soumis à la réflexion des congressistes. L'"Etrange" s'invite au Congrès!
La lecture des documents soumis à la réflexion des congressistes. L'"Etrange" s'invite au Congrès!
La lecture des documents soumis à la réflexion des congressistes. L'"Etrange" s'invite au Congrès!

La lecture des documents soumis à la réflexion des congressistes. L'"Etrange" s'invite au Congrès!

La deuxième partie concerne l'étude des méthodes de confection du Couscous en Algérie, pendant les "Evénements", bientôt suivie par la dégustation d'un couscous Royal, contemporain celui-ci, confectionné par le Chef de l'Etape.

Les groupes de travail constitués s'appliquent à la répartition équitable des merguez, viandes, légumes, semoule et autres pois chiches sans oublier le dosage judicieux de la harissa (هريسة) du cap Bon!

 Chacun se souhaite un bon appétit (دعونا أكل ) avant de disserter sur la recette et de biens d'autres sujets encore! 

______________________________________

Le coup-coût du couscous sans viande !...et avec!
Le coup-coût du couscous sans viande !...et avec!

Le coup-coût du couscous sans viande !...et avec!

http://chroniquesdenosvillagessaonois.over-blog.com/

Le Blog a été constitué pour permettre aux adhérents «d’ Histoire des Villages » et « des Amis du Vieux Morey » de publier les recherches (même modestes) qu’ils ont pu faire sur leurs villages où les villages du secteur ( Histoire, Géographie, Economie, Sociologie, Anecdotes, Projets…)

 

Il suffit de contacter Evelyne Joly pour faire part de son intention puis de communiquer le texte et les photos suivant les modalités qui seront données. Les administrateurs du blog se chargeront de la mise en page et de la publication.

 

____________________________________________

GOULICHES

et PIERRES à EVIER

de nos VILLAGES

 

Preigney. Photo Jacqueline Lepage.

Merci à celles et ceux qui ont déjà transmis des photos ( 1 photo d’ensemble de la maison, 1 photo de l’ensemble fenêtre+ évacuation extérieure, 1 photo Gros plan de la gouliche. Et s’il existe une pierre à évier… c’est encore mieux ! Préciser le lieu .) Quand le temps sera plus favorable n’hésitez pas à continuer vos recherches et à transmettre vos clichés à Patrick Mathie : patrick.mathie@orange.fr.

_____________________________

Les Livres

d’Evelyne JOLY

 de

Jacques ATTALIN

de

"Les Amis du Vieux Morey"

sont en vente auprès de

  l’AMICALE DE LAVONCOURT

 

 

Le livre des "Amis du Vieux Morey est une monographie consacrée à l'EGLISE DE LAITRE.
Le livre des "Amis du Vieux Morey est une monographie consacrée à l'EGLISE DE LAITRE.
Le livre des "Amis du Vieux Morey est une monographie consacrée à l'EGLISE DE LAITRE.

Le livre des "Amis du Vieux Morey est une monographie consacrée à l'EGLISE DE LAITRE.

Partager cet article

Repost 0

EN AEROSTAT AU-DESSUS DE...

Publié le par Patrick Mathie

 

Les plans cadastraux  donnent une vision aérienne d'autrefois des villages qui ont été répertoriés. C'est ce que nous permettent de voir le Cadastre Napoléonien et les Plans d'Alignement des Rues.

EN AEROSTAT AU-DESSUS DE...

Au dessus de LAVONCOURT en 1830 et 1854...

1830:

Grimpons dans la nacelle en osier de notre ballon ( eh oui, l'avion n'existe pas encore! ) gonflé à l'air chaud...    

Les châtelains du château de Ray sur Saône nous ont autorisé à décoller depuis le parc du château. Le vent d'est  se montre favorable pour tenter le survol de Lavoncourt. Lâchons le lest. Décollage en douceur.

Le Duc de Marmier et ses gens qui agitent leurs mouchoirs paraissent de plus en plus petits ( eux, si grands! )...Nous survolons maintenant les bois  que l'automne a paré d'or. L'air est frais.

A droite apparaît le village de Theuley où Jules Rimet n'est pas encore né au monde et au football. A l'horizon, vers l'orient, les croupes, bleues et ondulantes, des Vosges ...


 

La photo et la couleur n'étant pas encore inventées en 1830 nous devrons nous contenter  de croupes "sépia" au lieu de lignes bleues !

La photo et la couleur n'étant pas encore inventées en 1830 nous devrons nous contenter de croupes "sépia" au lieu de lignes bleues !

 ...A main gauche se découvre le village de Tincey ,sa rivière et son pont déjà ancien.

Un homme de grande taille et une femme plus petite, qui sont sortis sur le pas de leur porte, nous observent avec une sorte de  longue vue fixée sur une boîte noire. Ils nous font de grands signes! Le vent nous apporte leurs cris: "Hého...-nous lancent-ils- où donc allez vous comme ça? Nous leur répondons que nous allons découvrir, par les airs, le village de Lavoncourt dont on nous a vanté le dynamisme des habitants. " Donnez le bonjour des JOLY  à Monsieur le Maire! s'égosillent-ils , - Nous n'y manquerons pas si nous le rencontrons au détour d'un nuage répondons nous en riant !

Le vent, maintenant, nous éloigne de Tincey et nous porte en direction de Lavoncourt dont l'église massive tend le bulbe de son clocher dans notre direction...Attention de ne pas crever l'enveloppe de notre aérostat! Reprenons un peu d'altitude....

Les plans cadastraux ont été levés en 1830 par les géomètres  CAMUS,MOUREY et LIENARD.

1 vue générale.2 et 3 le centre du village.4 Eglise et presbytère.5 La Motte castrale (encore visible de nos jours). 1830
1 vue générale.2 et 3 le centre du village.4 Eglise et presbytère.5 La Motte castrale (encore visible de nos jours). 1830
1 vue générale.2 et 3 le centre du village.4 Eglise et presbytère.5 La Motte castrale (encore visible de nos jours). 1830
1 vue générale.2 et 3 le centre du village.4 Eglise et presbytère.5 La Motte castrale (encore visible de nos jours). 1830
1 vue générale.2 et 3 le centre du village.4 Eglise et presbytère.5 La Motte castrale (encore visible de nos jours). 1830

1 vue générale.2 et 3 le centre du village.4 Eglise et presbytère.5 La Motte castrale (encore visible de nos jours). 1830

Poursuivant notre vol nous remarquons un curieux bois qui porte le nom de "la Hache à la Folle"! Pendant quelques instants notre imagination vagabonde...une hache, une folle...peut être y a t il eu ici un drame?....Brrrr!

La Hache à la Folle !

La Hache à la Folle !

1854

Vingt quatre ans plus tard, hommes mûrs, nous avons à nouveau survolé le village de Lavoncourt. Certes il n'a pas beaucoup changé mais ses rues sont mieux dessinées et surtout on a précisé leurs noms. Le Préfet de l'époque est Monsieur DIEU, le Maire Monsieur BIDOIRE et le géomètre Monsieur BERNARD.

1854 Etat des rues et noms des propriétaires ( le numéro renvoie à la numérotation sur le plan).
1854 Etat des rues et noms des propriétaires ( le numéro renvoie à la numérotation sur le plan).
1854 Etat des rues et noms des propriétaires ( le numéro renvoie à la numérotation sur le plan).

1854 Etat des rues et noms des propriétaires ( le numéro renvoie à la numérotation sur le plan).

Rue du Sachot... le nom signifie "sac" ou "sachet", peut être que dans cette rue existait un ou des fabricants de sacs? Rue du "tire sachot" ... Rue du "Meix ROBIN". (Le mot Meix est attesté au XIIe siècle en français sous la forme meis « terrain attenant à une maison, jardin » , puis meix au XIIIesiècle (Cartulaire de Commercy ds Du Cange, s.v. messes). Il s'agit d'un mot du quart Nord-Est (sud de la Wallonie, Champagne, Lorraine, Franche-Comté, Bourgogne...

Dictionnaires et glossaires attestent l’usage du terme mes ou  meix pour désigner :

  • une ferme
  • une maison de campagne
  • un jardin, potager le plus souvent
  • une propriété rurale
  • une habitation   .......................Source: WIKIPEDIA.

  On peut supposer que la rue longeait une ferme, un potager ou un jardin appartenant à un dénommé Robin.

Voyez notre reportage aérien....

1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.
1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.

1854. En gros plan: la "grande" et la "petite" fontaine. Les "ravins" qui pouvaient être des petites dépressions artificielles permettant l'écoulement des eaux en cas de forte pluie.

Et pour terminer, un petit coin de Lavoncourt qui est ( fut) sans doute très plaisant: la place du marché dont les alignements d'arbres devaient apporter ombre et fraîcheur aux marchands et aux ménagères, en été.

La maison d'Ecole, toute proche abritera encore des générations d'écoliers avant de trouver un autre emplacement, dans les prés, en bordure de la rue de Volon et se transformer en "pôle éducatif" moderne.

La Place du Marché et la Maison d'Ecole.1854

La Place du Marché et la Maison d'Ecole.1854

Sources: Archives Départementales de Haute Saône, Vesoul.

-Cadastre Napoléonien de 1830. Lavoncourt.

-Plan d'alignement des rues de 1854. Lavoncourt.

                                                                                                              Patrick Mathie                                                                                                                               Janvier 2017

Partager cet article

Repost 0

Meilleurs Voeux 2017

Publié le par Histoires de Villages

Notre site internet, qui est aussi le vôtre, adresse ses meilleurs vœux de bonheur, joies et santé à tous les amis adhérents de nos deux associations, les Amis du Vieux Morey et l'Amicale de Lavoncourt, ainsi qu'à leurs familles.

Ces vœux s'adressent également à tous les lecteurs, proches ou lointains, qui auront la curiosité et l'envie de consulter notre site au cours de cette année nouvelle.

Nous voulons aussi profiter de ce moment pour remercier nos deux associations qui ont permis la création et l'existence de ce site dédié à notre région. Nous voulons espérer que 2017 verra l'essor pour nous de ce nouveau moyen de communication avec la participation de tous ceux qui voudront bien apporter leur amicale contribution en suivant les pas d'Evelyne JOLY et de Patrick MATHIE qui ont commencé à ouvrir le chemin avec la publication de leurs premiers articles riches d'intérêts et si bien documentés et illustrés.

Enfin pour terminer , nous souhaitons que ce site permettra de faire mieux connaître la richesse de notre territoire à un public étranger à notre région et lui donner envie de le visiter et de le rencontrer plus en profondeur.

Encore meilleurs vœux à tous.

Michel LEFEVRE 

 

Partager cet article

Repost 0

DEUX NOUVEAUX LIVRES EDITES AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION HISTOIRE DES VILLAGES DE LAVONCOURT VIENNENT DE PARAITRE

Publié le par Patrick Mathie

Comme annoncé dans ces colonnes Evelyne JOLY et Jacques ATTALIN viennent de publier deux ouvrages "Petites Chroniques Villageoises" et "La Geste des Comtois" avec le soutien de la section "Histoire des Villages de l'Amicale de Lavoncourt"

 

 

 

PETITES CHRONIQUES VILLAGEOISES

par Evelyne JOLY

" Les deux premiers tomes des ¨Petites chroniques villageoises  étant épuisés... il nous a semblé important de proposer un troisième tome avec des anecdotes inédites toujours puisées dans les archives départementales de Vesoul ou les archives diocésaines à Besançon.

Rien n'est le fruit de notre imagination, la vie quotidienne dans nos villages dépassait parfois tout ce que l'on peut imaginer en cocasserie.

L'humour , l'émotion, l'étonnement, l'indignation parfois, sont toujours au rendez- vous, images au quotidien, de vies simples qui se conjuguent désormais au passé"

                                                                                                               L'Auteure

DEUX NOUVEAUX LIVRES EDITES AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION HISTOIRE DES VILLAGES DE LAVONCOURT VIENNENT DE PARAITRE
DEUX NOUVEAUX LIVRES EDITES AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION HISTOIRE DES VILLAGES DE LAVONCOURT VIENNENT DE PARAITRE
DEUX NOUVEAUX LIVRES EDITES AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION HISTOIRE DES VILLAGES DE LAVONCOURT VIENNENT DE PARAITRE

LA GESTE DES COMTOIS

par Jacques ATTALIN

*La geste, du latin gesta, est une « action d'éclat accomplie » de caractère guerrier ou fantastique. Tous les modes d'expression sont utilisés  : la parole, le chant, le mime.

"Après la publication de différents ouvrages ayant trait à l'histoire locale je vous convie à la découverte de la Geste des Comtois. Une saga à la frontière d'un récit légendaire!

                                                                                                                 L'Auteur

Jacques Attalin nous conduit, à sa suite, sur la trace des chevaliers Saônois et Comtois  en nous faisant revivre  leurs exploits en Burgondie, en Espagne, en Italie, en Turquie, en Grèce, enTunisie, en Egypte... Les pieuses intentions originelles concrétisées par des  pélèrinages vont inévitablement évoluer au cours des siècles avec les Croisades!

 

 

DEUX NOUVEAUX LIVRES EDITES AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION HISTOIRE DES VILLAGES DE LAVONCOURT VIENNENT DE PARAITRE
DEUX NOUVEAUX LIVRES EDITES AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION HISTOIRE DES VILLAGES DE LAVONCOURT VIENNENT DE PARAITRE
DEUX NOUVEAUX LIVRES EDITES AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION HISTOIRE DES VILLAGES DE LAVONCOURT VIENNENT DE PARAITRE

Les livres sont en vente auprès des auteurs ou de l'Amicale de Lavoncourt,

Mairie de Lavoncourt 70

 

On peut se procurer les Bulletins et parutions de l'association

"LES AMIS DU VIEUX MOREY et des ENVIRONS"

auprès de

Evelyne JOLY à Tincey

Didier LAURENT à Volon

ou

pendant les conférences données par les Amis du Vieux Morey.

 

 

Une petite partie des productions de "Histoire des Villages de Lavoncourt" et des "Amis du Vieux Morey".

-----------------

 

Les Amis du Vieux Morey et des Environs

 

La Roche-Morey est situé au pied d'une colline calcaire  à 300 m d'altitude. Cette colline surnommée "la roche" constitue le point le plus élevé de l'ouest du département de Haute Saône. De son sommet aux alentours de 500 mètres à peine, la vue s'étend de Langres, à l'ouest aux Vosges, au Jura et aux Alpes par temps clair ce qui constitue un des panoramas les plus étendus de France pour une si petite hauteur. Il n'existe pas en effet d'autres obstacles naturels dans les environs.

La Roche-Morey, appelé initialement Morey ( sans doute pour ne pas le confondre avec Morey en Saône et Loire, est un petit village de Haute-Saône où fut édifié le dernier monastère de l'ordre des Bénédictins de la région avant la Révolution. Par la suite, ce monastère fut racheté par des sœurs qui le transformèrent en pensionnat dit de « l'Immaculée Conception ». Ce dernier ferma ses portes en 1979 pour causes de sécurité mais les bâtiments sont toujours intacts et peuvent être visités. ( source: WIkipédia)

La Roche Morey. 1: vue générale. 2: l'ancien couvent devenu pensionnat.
La Roche Morey. 1: vue générale. 2: l'ancien couvent devenu pensionnat.

La Roche Morey. 1: vue générale. 2: l'ancien couvent devenu pensionnat.

L'association du Vieux Morey est active depuis une dizaine d'années. Son objectif est de faire revivre et de valoriser le patrimoine de La Roche Morey et des villages des environs.

Ses membres effectuent de nombreuses recherches qui sont publiées dans des bulletins et des conférences sur des thèmes historiques.

Conférences à Melin et Morey.
Conférences à Melin et Morey.
Conférences à Melin et Morey.
Conférences à Melin et Morey.

Conférences à Melin et Morey.

La publication d'un nouvel ouvrage est en cours :

 La Monographie des Paroisses

qui dépendaient

de

l’Eglise de Laitre


Auteur : Ferdinand Demongeot (1835- 1908)

"Il était important pour les Amis du Vieux Morey et des Environs de publier cette monographie vieille de plus de 100 ans dont le manuscrit dormait dans un tiroir.
D’abord on doit saluer le travail de l’auteur, même si son récit est très personnel il cite des sources qu’il est facile de consulter pour compléter ses informations.
Il a le mérite de nous faire découvrir une page de la vie des villages qui dépendaient de la paroisse de Laitre.
Nous avons respecté l’intégralité des écrits de Ferdinand Demongeot et que soient encore remerciés ceux grâce auxquels cela a été possible, pour avoir tapé et relu les près de 600 feuillets manuscrits que Pierre Carteret qui en était le détenteur, nous avait confiés.
Ainsi au fil des pages non seulement l’auteur nous convie à une promenade dans le passé et l’histoire de notre région mais également au fil des villages de Molay, La Rochelle, Cintrey, Malvillers, Charmes-Saint-Valbert, la Roche Morey, Lavigney, Preigney et bien d’autres.
Ce récit, à la fois documenté mais également passionné et parfois empreint de naïveté, constitue une formidable documentation".

                                                                               E. Joly. Présidente de l'Associaition

 

La section Amicale "Histoire des Villages"

de Lavoncourt 70

et 

L'association "Les Amis du Vieux Morey",

de La Roche Morey 70

Vous souhaitent...

 

Patrick Mathie, décembre 2016

Partager cet article

Repost 0

NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS

Publié le par Patrick Mathie

Le petit village de BROTTE LES RAY se met "EN LUMIERE" dans le courant du mois de décembre. Cette année encore l'association "Du Moulin au Tacot" et les 70 habitants se sont mobilisés pour illuminer les maisons et accueillir les nombreux visiteurs avec les gaufres à l'ancienne et le vin chaud servis sous un chapiteau chauffé, à proximité du lavoir reconverti, pour deux soirées, en cuisine d'autrefois.

Une très belle réussite!

 

NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS

L'équipe de l'Association "Du Moulin au Tacot " s'est constituée en septembre 2014. Elle anime le village tout au long de l'année:  chasse au œufs en avril, concours de pétanque en juin, vide-grenier, village en lumière en décembre.

 

NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS

Lorsque le visiteur déambule  dans la Grand Rue de Brotte il découvre une féerie lumineuse que les centaines de guirlandes électriques disposées dans les jardins, les cours et sur les maisons font jaillir de la nuit. Ici une crèche, là le traîneau du Père Noël, ici encore des sapins aux couleurs multicolores et changeantes. Chacun a voulu apporter sa touche personnelle dans les décorations scintillantes!

NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS

La chapelle du XVIème siècle accueille une crèche autour de laquelle le boeuf , l'âne et les moutons font cercle. De l'autre côté de la rue, les rois mages à dos de chameau suivent l'étoile qui les conduit vers la bergerie et ses animaux réalisés en éléments naturels: rondelles de bois, noix... collés sur des silhouettes découpées dans des planches. L'écologie est présente!

De style gothique flamboyant, la chapelle Sainte Anne qui date du XVIe siècle possède une remarquable croisée d'ogives en bois.
De style gothique flamboyant, la chapelle Sainte Anne qui date du XVIe siècle possède une remarquable croisée d'ogives en bois.
De style gothique flamboyant, la chapelle Sainte Anne qui date du XVIe siècle possède une remarquable croisée d'ogives en bois.

De style gothique flamboyant, la chapelle Sainte Anne qui date du XVIe siècle possède une remarquable croisée d'ogives en bois.

Afin de se réchauffer quelque peu il suffit d'emprunter  (avec prudence) les marches disjointes descendant de la chapelle et d'entrer sous le chapiteau accolé au lavoir.

Des radiateurs soufflants dispensent une chaleur bienfaisante aux convives attablés qui devisent dans un sympathique brouhaha, en dégustant des gaufres, des crêpes et en buvant le vin chaud qui vous brûle les doigts à travers le gobelet en carton avant de répandre dans votre palais et votre gosier des senteurs d'orange de cannelle  et de girofle...

NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS

Sous le lavoir,  dont le bassin a été transformé en plancher, une escouade de  marmitons affublés de bonnets de Noël rouges et blancs s'activent sur d'antiques poêles à bois de Fallon ou de Varigney. Les corps de fourneaux rouillés  se dressant comme des  tuyaux d'orgues dans une cathédrale, émettent des panaches de fumée diaphane qui s'évanouit sous les tuiles du toit. Une bonne odeur de gaufre flotte dans l'air...

Ici, c'est la tradition qui retrouve droit de cité!

 

NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS
NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS

Les vieux poêles à bois du 19ème siècle.

Il est plaisant de constater que le vieux fourneaux à bois utilisés par nos arrières grands mères et pour certains d'entre nous par nos arrières arrières grands mères!...fonctionnent toujours aussi bien! C'est une idée géniale qu'ont eu là les membres de l'association pour redonner son plein sens à l'expression "comme autrefois"!

Ces vieux poêles à bois, d'où viennent-ils?

 

"On exploite le fer en Franche-Comté depuis le Moyen- Âge. De nombreux sites nous ont livré des témoignages de cette époque reculée (ex : pointes de flèches, épées damassées de l’époque mérovingienne…)

Au cours de la première moitié du 19ème siècle, l’activité métallurgique de la Haute-Saône a constitué l’élément moteur de l’économie du département, à tel point que celui-ci devient l’un des principaux producteurs de fonte de fer en France. Les hauts fourneaux et les forges s’activent un peu partout sur le territoire depuis le Moyen Age et produisent fonte et fer d’une qualité reconnue, due principalement à l’abondance du minerai de fer et des forêts, qui alimentent régulièrement les hauts fourneaux.

Cette période faste de l’économie haut-saônoise prend pourtant fin à partir de 1855 avec pour conséquence la fermeture des premiers hauts fourneaux (Loeuilley en 1855, Saint-Loup-lès-Gray en 1857, Conflandey et Scey-sur-Saône en 1858), qui ne résistent pas à la concurrence d’autres régions françaises et qui souffrent d’un retard technique.

Le relais est alors pris par la fonderie de seconde fusion, qui produit des pièces de fonte moulée, et qui contribuera à relancer l’activité de certains sites, qui se spécialisent en particulier dans la fabrication des fourneaux en fonte ; ce sera le cas de BAIGNES, FALLON, VARIGNEY, LA ROMAINE(Pont de Planche), MAGNY-VERNOIS…"

( source: http://dirreve.wolf.am/2010/08/les-fourneaux-en-fonte-de-haute-saone/)

 

Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.
Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.
Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.
Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.
Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.
Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.
Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.

Les forges saônoises se lancent dans la fabrication de poêles à bois et charbon en tôle et fonte aux environs de 1855.

 

Une grande variété de fourneaux est produite en Haute Saône:

"La production des fourneaux de fonte connut un grand essor, et son apogée, entre 1800 et 1850. Au milieu du siècle une douzaine d'usines produisait en Franche Comté des fourneaux. telle FALLON, dans les Vosges saônoises, là surtout dans la basse montagne, on s'équipait "du fourneau de Fallon dit à quatre marmites", telle aussi MAGNY-VERNOIS, dont la fabrication des fourneaux de cuisine est attestée dès 1806, puis plus tardivement après 1826, BAIGNES, BAUDIN, FOUCHERANS.

Dès 1825, sept usines fabriquaient des fourneaux. C'est dire combien la demande était grande. Dès lors, l'équipement des demeures villageoises marcha bon train.

Les fourneaux produits devinrent rapidement d'une grande variété. Dès le XVIIIe siècle, les fabricants produisaient des séries de tailles différentes, dont les modèles portèrent des numéros. Puis on fabriqua des fourneaux ronds, ovales, carrés ou allongés. Le modèle qui s'imposa fut celui à quatre trous, avec deux grosses marmites devant, et deux petites derrière, ce qui donna cette allure évasée à l'avant et rétrécie à l'arrière, si caractéristique du modèle. On spécialisa certains modèles, à la silhouette évasée et ronde, pour la lessive."

Des fourneaux "à plusieurs marmites"

Le fourneau à  3 ou 4 marmites, très demandé, serait issu de la combinaison du potager et du fourneau à 2 trous. Ce fourneau à 3 ou 4 marmites aurait été inventé par Sire et Girardot et breveté en 1831, à Beaumotte (Haute-Saône) puis diffusé surtout dans la seconde moitié du 19è . Son succès est tel qu'il est toujours acheté dans les premières décennies du 20è jusque dans les années 1940. Il est monté sur des pattes droites ou en forme de pattes d'animaux, courtes pour faciliter le maniement des lourdes marmites et des balonges*. Il sert à la fois au chauffage, à la préparation des aliments pour la famille et pour les animaux, et même aussi , quand il est assez gros, pour faire chauffer la lessiveuse.

* ( balonge: réservoir d'eau encastré dans le fourneau ou la cuisinière, que l'on remplissait d'eau froide qui se chauffait au contact du foyer. Un robinet situé à sa base, en façade permettait de récupérer l'eau chaude)

Une cuisinière bois charbon,sa balonge et son robinet de vidange.

Différents types de fourneaux:

Chaque fonderie Haut Saônoise avait ses propres modèles de fourneaux.

1et 2 Fourneau de Fallon. 3 Fourneau de Baignes. 4 Fourneau de Varigney
1et 2 Fourneau de Fallon. 3 Fourneau de Baignes. 4 Fourneau de Varigney
1et 2 Fourneau de Fallon. 3 Fourneau de Baignes. 4 Fourneau de Varigney
1et 2 Fourneau de Fallon. 3 Fourneau de Baignes. 4 Fourneau de Varigney

1et 2 Fourneau de Fallon. 3 Fourneau de Baignes. 4 Fourneau de Varigney

Les fonderies fabriquaient également les accessoires comme les  marmites et les gaufriers  à grand manche ainsi que les cercles de fonte qui s'adaptaient à la forme   (rectangulaire ou circulaire)  des plaques à gaufres.

NOËL A BROTTE LES RAY: LUMIERE D'AUJOURDHUI ET TRADITION D'AUTREFOIS

Les Gaufres

Leur origine: les avis sont partagés sur l'acte de naissance de la gaufre. Certains la voient naître en Belgique, dans le Nord de la France,d'autres en Lorraine, d'autres encore dans la région Lyonnaise....

"La gaufre est d'origine belge et date du XIIe ou XIIIe siècle. Le mot gaufre vient du néerlandais Wafel"qui signifie "rayon de miel". C’était une pâtisserie de pâte légère, faite de mauvaise farine et d’eau, et cuite entre deux fers qui imprimaient un dessin en relief… en forme de « rayon ». Mais, à l’époque, les gaufres n’étaient pas seulement une friandise… comme aujourdhui ! Il arrivait qu’on en mangeait lorsqu’on manquait de pain. Il était aussi de coutume, pour le jour de l'an, d'offrir une gaufre à ses proches, pour les étrennes. Confectionnées en famille, elles étaient aromatisées à la cannelle et au sucre candi, différentes, selon les régions, par la forme comme par la grandeur."

"Les gaufres datent du moyen âge. A l'époque, une confrérie fût crée par Saint Louis, celles des oubliyeurs (oublieurs, oublayeurs ou oubloiers) qui fabriquaient un biscuit cuit entre deux fers et dérivés des hosties. Fines roulées en forme de cornet ou de bâton, et décorées d’inscriptions et d’images pieuses. Les oublayeurs les vendaient dans les rues en semaine et sur le parvis des églises le dimanche. Dans les rues, elles étaient vendues à la criée et l'acheteur tirait au sort en faisant tourner une roulette le nombre d'oublies auxquelles il avait droit. Pour devenir maître oubliyeur, il fallait être capable de fabriquer mille oublies en un jour."

ci dessous:représentation d'oublies et tableau de Watteau "Le marchand d'oublies".

Le marchand d'oublies par Watteau

"La gaufre est une pâtisserie connue depuis le XIIe siècle (poète Huon de Rotelande). Déjà à l’époque, des marchands en vendaient dans la rue ou sur le parvis des églises à l’occasion de fêtes ou comme offrandes aux saints. Son nom vent de walfre = gâteau, du néerlandais wafel = rayon de miel, qui devint warfreplus tard.

Les deux fers entre lesquels était cuite la gaufre à l’origine lui imprimaient des dessins en relief ayant une ressemblance avec l’œuvre des abeilles. Il existe cependant plusieurs types de plaques et de motifs : challe, waffier, fer à gaufre, moule à gaufre, gaufrier. En 1433, le terme de fer à waufres est utilisé dans le répertoire des ustensiles de cuisine (bonne maison des Ladres). Il est d’ailleurs courant d’en confectionner à la maison aux XIVe et XVe siècles, la gaufre faisant partie intégrante de l’alimentation paysanne, le Ménagier de Paris en donne 4 recettes différentes à cette même époque (traité de morale et d’économie domestique composé vers 1393 par un bourgeois parisien, Société des Bibliophiles françois).

La gaufre est un mets typique de la Belgique (par exemple la gaufre de Liège, petite, arrondie et possédant 24 trous ou la gaufre bruxelloise plus grande et rectangulaire, possédant 20 trous) et du nord de la France. À l’origine des gaufres existaient les oublies, petites pâtisseries à la fonction religieuse offertes sur le parvis des églises ou en offrande aux saints. Les artisans gaufriers s’appelaient autrefois des oblayers (ancêtres des pâtissiers), et il n’y avait que des hommes, les femmes n’ayant pas le droit de toucher à la pâte au risque de la corrompre (on était loin de l’égalité !…), c’est en tout cas ce qu’avaient décidé les hommes… Le côté religieux s’estompa ensuite et les oublies furent vendues dans les rues par des enfants mendiants voire prostitués : les marchands d’oublies".

Gaufre sortant d'un moule ancien.

 

Du réalisme et...un peu d'humour ! Photos 3 et 4 Les gaufres à la foire à l'ancienne de Coligny dans l'Ain avec une recette de pâte (il y a une ressemblance certaine avec Brotte les Ray)
Du réalisme et...un peu d'humour ! Photos 3 et 4 Les gaufres à la foire à l'ancienne de Coligny dans l'Ain avec une recette de pâte (il y a une ressemblance certaine avec Brotte les Ray)
Du réalisme et...un peu d'humour ! Photos 3 et 4 Les gaufres à la foire à l'ancienne de Coligny dans l'Ain avec une recette de pâte (il y a une ressemblance certaine avec Brotte les Ray)
Du réalisme et...un peu d'humour ! Photos 3 et 4 Les gaufres à la foire à l'ancienne de Coligny dans l'Ain avec une recette de pâte (il y a une ressemblance certaine avec Brotte les Ray)
Du réalisme et...un peu d'humour ! Photos 3 et 4 Les gaufres à la foire à l'ancienne de Coligny dans l'Ain avec une recette de pâte (il y a une ressemblance certaine avec Brotte les Ray)

Du réalisme et...un peu d'humour ! Photos 3 et 4 Les gaufres à la foire à l'ancienne de Coligny dans l'Ain avec une recette de pâte (il y a une ressemblance certaine avec Brotte les Ray)

Les gaufres de Brotte les Ray...

Peu importe l'origine des gaufres... celles de Brotte, confectionnées "à l'ancienne " avaient une saveur d'antan! Seule touche de modernisme: l'adjonction de Nutella qui semblait avoir un franc succès auprès des plus jeunes, certes, mais aussi auprès des plus âgés!

Nul doute que l'année prochaine les préposés les préparent avec le même savoir faire et le même entrain, accompagnés par les chants de la Chorale : Les Voix du Salon" et d'autres artistes, dans une excellente ambiance !

Les bénévoles de " Du Moulin au Tacot"  et la Chorale "Les Voix du Salon" en action le 16 Décembre 2016
Les bénévoles de " Du Moulin au Tacot"  et la Chorale "Les Voix du Salon" en action le 16 Décembre 2016
Les bénévoles de " Du Moulin au Tacot"  et la Chorale "Les Voix du Salon" en action le 16 Décembre 2016
Les bénévoles de " Du Moulin au Tacot"  et la Chorale "Les Voix du Salon" en action le 16 Décembre 2016

Les bénévoles de " Du Moulin au Tacot" et la Chorale "Les Voix du Salon" en action le 16 Décembre 2016

Bonnes Fêtes...
Bonnes Fêtes...

Bonnes Fêtes...

Bravo aux Organisateurs

et...

Joyeuses Fêtes à Toutes et Tous!

 

Patrick Mathie. Décembre 2016

Partager cet article

Repost 0

LE RETABLE DE L'EGLISE DE LAVONCOURT

Publié le par Patrick Mathie

Dès la fin du XVIIème siècle, la Haute-Saône se lance dans une grande campagne de reconstruction de ses églises. Au XVIIIème siècle, le département se couvre d’édifices aux formes souvent originales et novatrices (Noidans-lès-Vesoul, Blondefontaine, Gy…). Si la fin du XVIIIème siècle affectionne les sobres décors de boiseries, la première moitié de celui-ci et la fin du siècle précédent voient l’explosion des retables baroques.

L'Eglise de Lavoncourt est dédiée à Saint Valentin.

LE RETABLE DE L'EGLISE DE LAVONCOURT

En 268, l'empereur, Claude II Le Gothique, avait beaucoup de difficultés pour trouver des soldats pour ses multiples campagnes militaires. Aussi, il décida d'interdire les mariages car, pour lui, les hommes mariés ne faisaient pas de bons soldats. Valentin décida de marier secrètement les jeunes amoureux.

Pour avoir  transgressé la loi, Claude II le fit arrêter.

En prison, Valentin reçut beaucoup de messages de soutien et d'encouragement , car beaucoup croyaient en l'amour. Certains lui mettaient même des fleurs sur sa fenêtre.

LE MIRACLE DE VALENTIN

Julia, la fille de son geôlier, aveugle de naissance fut touchée par cette arrestation et demanda à son père de le rencontrer.

Durant sa captivité, elle lui rendit de nombreuses visites. Elle lui apportait même à manger. Valentin lui décrivait le monde, la nature et lui parlait de son Dieu.

Touché par la détresse de la jeune fille, Valentin implorait son Dieu matin et soir pour qu'elle retrouve la vue.

Puis, un soir, lors d'une de ses visites, une lumière illumina la cellule. Julia se mit à pleurer car un miracle venait de se produire, elle voyait enfin ! « Je suis heureuse » dit-elle « je voulais tellement voir tout ce que vous m'avez raconté? ».

Devant ce miracle, toute la famille de Julia se convertit à la religion chrétienne.

LA MORT DE VALENTIN

L'empereur Claude II  fut informé rapidement de ce miracle et Valentin, ayant refusé de renier son Dieu, fut condamné à mort.

La veille de sa mort, il écrivit une dernière lettre à Julia, l'invitant à rester près de son Dieu et la signa : « de votre Valentin ».

Le lendemain, Valentin fut battu, brisé par les coups de bâtons des soldats romains, pour être enfin décapité sur la via Flaminia, le 14 février 268 (l'équivalent du 14 février).

Il est dit que Julia planta un arbre rose fleuri d'amandes près de sa tombe. L'amandier est, aujourd'hui, un symbole d Amour et d Amitié.

source:http://www.saintvalentin.org/

Le retable de l'église Saint Valentin de Lavoncourt ( Photo Abeille et petites mains)

Le retable de l'église Saint Valentin de Lavoncourt ( Photo Abeille et petites mains)

Les retables en Haute Saône

Dès la fin du XVIIème siècle, la Haute-Saône se lance dans une grande campagne de reconstruction de ses églises. Au XVIIIème siècle, le département se couvre d’édifices aux formes souvent originales et novatrices (Noidans-lès-Vesoul, Blondefontaine, Gy…). Si la fin du XVIIIème siècle affectionne les sobres décors de boiseries, la première moitié de celui-ci et la fin du siècle précédent voient l’explosion des retables baroques.

Le retable de Lavoncourt " un chef d'oeuvre de la culture sur bois".

Retable du maître-autel - XVIIIe siècle. En bois polychromé et doré, mis en place dans le premier tiers du XVIIIe siècle. Structure du type adossé, à ordre sur soubassement, composé de trois corps.


Décor :

-dans le corps central, toile figurant un épisode de la vie de Saint Valentin, patron de la paroisse, surmontée d'une Colombe du Saint-Esprit dans une nuée et flanquée des statues de saint Joseph (à gauche) et de saint Antoine (à droite).

-dans les ailes, statues de deux saints évêques (difficiles à identifier en l'abscence de leurs attributs).

-au couronnement : buste du Père Eternel avec globe terrestre dans un cartouche.

Une série d'anges aux attitudes variées ponctue la composition du retable : deux angelots de part et d'autre des ailes; quatre angelots et deux anges atlantes au couronnement; deux anges adorateurs en amortissement des colonnes extérieures.

Couronne impériale au sommet du couronnement et pots à feu en amortissement des pilastres.

Le retable de Lavoncourt semble relever de la brillante production des ateliers bisontins du début du XVIIIe siècle et n'est pas sans parenté avec des ensembles du Haut-Doubs et de la Savoie."


En savoir plus sur http://www.guide-tourisme-france.com/VISITER/eglise-saint-valentin--lavoncourt-9506.htm#KCItQdovckqXVbhd.99

Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)
Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)

Détails du retable de Lavoncourt ( Photos P.Mathie)

UN SECRET DEVOILE !

Jean Paul Carteret, Maire de Lavoncourt, attire l'attention du visiteur sur une particularité de l'église: lorsqu'on se place dans la nef centrale, face au retable, on s'aperçoit que le choeur est nettement décalé sur la droite.... Quel est ce mystère?

Si l'on regarde le bas côté gauche de l'église on peut remarquer, à côté d'un pilier une ouverture en biseau, une sorte de meurtrière assez grande. En allant de l'autre côté du pilier on accède à une chapelle. Un volet permet de masquer ou de dégager l'ouverture décrite précédemment...

Le décalage du choeur sur la droite a été réalisé sciemment afin que, depuis la chapelle située à gauche, l'axe de vision des "nobles" puisse se diriger sur le Maître autel et ceci sans être vus par les "manants" ( on peut imaginer qu'une tenture ou un mur séparait la chapelle des travées).

L'ouverture en biseau et, de l'autre côté, le volet permettant de l'obstruer ou de la dégager.
L'ouverture en biseau et, de l'autre côté, le volet permettant de l'obstruer ou de la dégager.

L'ouverture en biseau et, de l'autre côté, le volet permettant de l'obstruer ou de la dégager.

L'église de Lavoncourt a été reconstruite plusieurs fois, la dernière reconstruction datant du XVIII ème siècle, mais les chapelles latérales et le clocher sont les vestiges de l'église du XVème siècle.

 

                 Photos de l'église: Hervé
 
VOIR LE SITE:
 

http://rvall.eklablog.com/randonnee-lavoncourt-1-2-a83615986

 

 

 

 

Patrick MATHIE .décembre 2016

Partager cet article

Repost 0

REUNION DE TRAVAIL HISTOIRE DES VILLAGES et AMIS DU VIEUX MOREY

Publié le par Histoires de Villages

Une partie du groupe de travail sous la "houlette' d'Evelyne Joly, auteure du compte rendu.

Une partie du groupe de travail sous la "houlette' d'Evelyne Joly, auteure du compte rendu.

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE TRAVAIL

DU 14 NOVEMBRE 2016

HISTOIRE DES VILLAGES ET AMIS DU VIEUX MOREY

Étaient présents : Guy Estienney, Louis Gay, Frédéric Laville, Jacky Attalin, Maryse Jaminey, Christian Lambert, Gustave Munier, Annie et Jean-Marie Pirroley, Didier Laurent, Patrick Mathie, Evelyne et André Joly.

Prochaines dates à retenir :

Vendredi 2 décembre : 18 heures : A.G. de l’amicale, suivie d’un repas

Vendredi 9 décembre : 19 heures : dîner de section à l’Etape (à choisir entre assiettes comtoise et moules frites)

Vendredi 16 décembre 18 heures à Brotte-les-Ray pour les lumières de Noël et déguster crêpes et gaufres.

Jeudi 19 janvier : 14 h 30 galette des rois de la section

Inscription pour le repas du 9 décembre (n’oubliez pas de le faire et d’indiquer votre choix)

  • Moules frites : Louis, Jacky x 2, Joly x 2, Didier x 2, Guy x 2
  • Assiette comtoise : Maryse x 2, 

Dates des futures conférences 2017 (à confirmer)- nouveau choix : elles auront lieu le samedi après-midi à 14 h 30 :

18 mars : Ray : voir avec le maire (Evelyne)

L’héritier d’Othon de la Roche par Jacky

Vie communale autour de l’école et de la mairie : Patrick Mathie

22 avril : Vanne : voir avec le maire (Frédéric)

Frédéric parlera de Vanne et Christian du sac de Rupt sur Saône

13 mai : Tincey (on a l’accord du maire) réservé à Patrick Mongin

3 juin : Lavoncourt (prévenir Jean-Paul) – Emmaüs et l’abbé Pierre complété par intervention sur les bureaux de charité et de bienfaisance, les enfants, les orphelins de guerre (Maryse, Annie et Evelyne y travailleront)

1er juillet : Volon : voir avec le maire : Didier. Restera le sujet à voir

Projets pour futures conférences : Brotte, Gy, et retourner à Fédry

La "houlette" n'était en fait qu'un simple crayon de papier !

La "houlette" n'était en fait qu'un simple crayon de papier !

Blog : Michel Lefevre et Patrick Mathie qui en avaient l’expérience ont créé un blog pour l’histoire des villages mais également les Amis du Vieux Morey. Quelques articles sont déjà consultables, nous le lançons donc officiellement. Pour des raisons de maintenance et de facilité d’utilisation nous devons prendre un abonnement d’un montant de 4.99 euros mensuels qui sera supporté par les A.V.M. dont nous maîtrisons le budget.

Les contributeurs sont les bienvenus. Frédéric s’est gentiment proposé.

Il sera intéressant de s’en servir pour nous aider à développer notamment le nombre d’adhérents des Amis et Vieux Morey et vendre nos publications.

adresse : http://chroniquesdenosvillagessaonois.over-blog.com

Recherches en cours, aide à apporter :

Christian : a entrepris une grande étude sur les moulins de la Gourgeonne, tous les documents à lui signaler sont les bienvenus. Il est prévu une conférence suivie d’une publication plus importante.

Gustave : termine (quasiment) sa monographie de Vauconcourt qui fera l’objet d’une publication éditée par les Amis du Vieux Morey.

Didier : Fait des recherches sur les seigneurs de Volon et le château, lui communiquer toutes informations s’y rapportant.

Patrick : a besoin de l’aide de tous pour son recensement des gouliches de nos villages. Il souhaite lorsqu’une maison possède une avancée : 1 photo de cette avancée, une de la maison entière, 1 de la gouliche d’écoulement et quand c’est possible de la pierre à évier. Quand il y a un oculus au-dessus de l’avancée faire une photo également de l’ensemble. Photos en pj ( jpeg) complétées de l’adresse et du nom du propriétaire quand c’est possible.  Patrick.mathie@orange.fr

Frédéric s’intéresse à Artaufontaine et Cornot, merci de l’aider.

Jacky : A entrepris une grande étude sur Lavoncourt.

Château de VOLON, Moulin de TINCEY, Abbaye de LA ROCHE MOREY, CORNOT, VANNE gouliche, F.Laville.
Château de VOLON, Moulin de TINCEY, Abbaye de LA ROCHE MOREY, CORNOT, VANNE gouliche, F.Laville.
Château de VOLON, Moulin de TINCEY, Abbaye de LA ROCHE MOREY, CORNOT, VANNE gouliche, F.Laville.
Château de VOLON, Moulin de TINCEY, Abbaye de LA ROCHE MOREY, CORNOT, VANNE gouliche, F.Laville.
Château de VOLON, Moulin de TINCEY, Abbaye de LA ROCHE MOREY, CORNOT, VANNE gouliche, F.Laville.

Château de VOLON, Moulin de TINCEY, Abbaye de LA ROCHE MOREY, CORNOT, VANNE gouliche, F.Laville.

Sorties à étudier : Cherlieu ? (Frédéric)  la Bresse ? (Annie)  autre ?

Revue des Amis du Vieux Morey :

Quelques volontaires, que je remercie vivement (textes à rendre en janvier)

Christian : Galas (suite à sa brillante intervention de Melin) – une dizaine de pages

Gustave : Vauconcourt (extraits de sa monographie) de 6 à 8 pages

Didier : la Rochelle d’après la monographie de Laitre de 6 à 8 pages

Sylvie : le pamphlet sur Lanques (lu à Fouvent) 1 page

Frédéric : Artaufontaine et Cornot

Conférences Amis du Vieux Morey à Molay : voir le maire : Geneviève le  6 mai à présentation de la monographie de Laitre par Didier

Seconde conférences AVM : On pourrait prévoir la seconde fin septembre : la Rochelle ? Cintrey ?

Evelyne JOLY

LIVRES EN SOUSCRIPTION:

 

Partager cet article

Repost 0

Evelyne JOLY raconte...

Publié le par Histoires de Villages

 

Evelyne JOLY raconte

Evelyne Joly est Responsable-animatrice de la section « Histoire des Villages, de l'Amicale de Lavoncourt" et Présidente de l'association "Les Amis du Vieux Morey ».Elle a été vice présidente de la SALSA de Haute Saône (Société d’Agriculture  Lettres Sciences et Arts). Elle fait de très nombreuses recherches historiques et littéraires sur la Haute Saône, rédige de nombreux articles, ouvrages et prononce des conférences, ainsi :

Samedi 12 novembre 2016, à Vesoul

Evelyne et André Joly

Présenteront " La Justice des mineurs en Haute-Saône  

Évelyne et André Joly ont consulté quelque 500 procès relatifs aux mineurs, aux Archives départementales de la Haute-Saône ; ils en ont tiré une étude qu’ils se proposent de faire partager aux personnes qui viendront les écouter  au 1 rue des Ursulines à 14h30.

Le texte d’Evelyne Joly que nous vous proposons ci-dessous provient des recherches qu’elle a effectuées aux Archives Départementales de Haute Saône et qui a paru dans les colonnes de l’Est Républicain.

                                                                         P.M.

Quand un petit curé Haut-Saônois

rencontre le futur Empereur des Français.

 

 

LE CURE AVAIT RENCONTRE « BADINGUET » !

Quelle est l’origine de ce sobriquet qu’on retrouve dans la correspondance de Gustave Flaubert et par lequel on essaya de ridiculiser l’empereur Napoléon III, l’impératrice Eugénie étant, elle, surnommée Badinguette ? C’est ce que nous allons essayer d’éclaircir...

En 1840Louis-Napoléon Bonaparte avait tenté un débarquement à Boulogne-sur-Mer, à la tête d'une cinquantaine de conjurés, pour renverser Louis-Philippe. Arrêté, il avait été emprisonné à la forteresse de Ham,dans la Somme. Le 25 mai1846 il s'en évada en empruntant les vêtements et les papiers d'un peintre en bâtiment

Carte populairerappelantl'évasion de Louis Napoléon Bonaparte

Carte populaire rappelant l'évasion de Louis Napoléon Bonaparte

Une légende, assez généralement répandue, veut que Badinguet soit le nom de l’ouvrier maçon dont le prince Louis-Napoléon revêtit le costume lors de son évasion du fort de Ham.

Le château de Ham où fut incarcéré le futur empereur Napoléon III

 

Dans les documents officiels relatifs à cette affaire et au procès qui s’en est suivi, on ne trouve effectivement aucune trace du soi-disant maçon Badinguet. On rencontre ce nom pour la première fois dans une caricature de Gavarni publiée par le Charivari, le 29 janvier 1840 (série des Étudiants de Paris). On y voit un étudiant qui abuse de la candeur d’une grisette en lui montrant un squelette accroché au mur et lui disant : « Tu ne la reconnais donc pas, Eugénie, l’ancienne à Badinguet ? Une belle blonde... qui aimait tant les meringues et qui faisait tant sa tête... Oui, Badinguet l’a fait monter pour 36 francs. »

Le surnom Badinguet aurait été imaginé par l’auteur dont un ami du sud de la France s’appelait Badingo.

 

Il n’en est pas moins vrai que Louis Napoléon fut abondamment brocardé par les caricaturistes de l’époque, mais son surnom le plus désobligeant fut sans contestation celui de « Napoléon le petit » qui lui fut attribué par Victor Hugo dans un ouvrage qu’il lui consacra.

 

Il fut élu Président de la République au suffrage universel masculin en 1848. Après son coup d’Etat de 1851 il devint empereur en 1852.

Patrick Mathie d’après www.france-pittoresque.com et Wikipédia. Nov.2016

 

Partager cet article

Repost 0

DECES DE DIANE REGINA BACONNIERE DE SALVERTE, CHÂTELAINE ET COMTESSE DE RAY.

Publié le par Histoires de Villages

Diane de Salverte est décédée subitement à l'hôpital de Vesoul, samedi 22 octobre 2016. Elle était née à Paris le 1er octobre 1934.

Portrait de Diane de Salverte réalisé par Evelyne JOLY.

Diane a été la dernière propriétaire du Château de Ray sur Saône dont elle avait décidé de faire donation au Conseil Départemental de Haute Saône, comme le lui avait suggéré, de son vivant, sa mère Gabrielle de Marmier qui fut Maire de Ray.

Elle avait conservé la jouissance d'une partie de l'aile nord du château, alors que ses nièces Claire et Laure, filles de son frère François, décédé en 2007, gardaient des droits sur une partie de l'aile sud.

Le souci de Gabrielle de Marmier était d'éviter la vente du château, la dispersion des collections et de permettre l'ouverture au public de ce monument riche d'une histoire remontant au XIème siècle. Diane aura réalisé le souhait de sa mère un an et demi avant de décéder.

 

Le village et le château de Ray. Photos Patrick Mathie
Le village et le château de Ray. Photos Patrick Mathie
Le village et le château de Ray. Photos Patrick Mathie
Le village et le château de Ray. Photos Patrick Mathie
Le village et le château de Ray. Photos Patrick Mathie

Le village et le château de Ray. Photos Patrick Mathie

UNE HISTOIRE FAMILIALE RICHE DE 10 SIECLES.

"Ne sommes nous en effet, ici bas, autre chose qu'un anneau de cette longue chaîne qui, à travers les siècles, nous unit au passé ?"

C'est par cette maxime  que  le Comte Hubert de Salverte ouvrait la dédicace  de son ouvrage "Historique du château de Ray sur Saône" à son fils aîné Philippe, publié en 1936.

Il soulignait ainsi la remarquable continuité historique qui avait prévalu lors de la transmission par héritage du château de Ray.

Arbre de succession de la Maison de Ray, établi par le Comte Hubert de Salverte à partir de 1080

Arbre de succession de la Maison de Ray, établi par le Comte Hubert de Salverte à partir de 1080

Le plus emblématique des Sires de Ray fut sans conteste OTHON DE LA ROCHE, Baron de Ray et Duc d'Athènes.

Epoux d'Isabelle de Ray, dernière héritière de la branche aînée des Ray, Il participa à l'organisation de la quatrième croisade en 1201. C'est en 1203 que les 25000 croisés dont 4500 chevaliers embarquèrent au port de Corfou en direction de Constantinople, ville qui fut prise le 12 avril 1204.

Othon de Ray devint alors Duc d'Athènes et de Thèbes. Il fit construire son palais sur l'Acropole d'Athènes et Thèbes devint sa capitale politique et militaire. Il mourut à Ray en 1224

.Blason d'Othon 1er de la Roche, Duché d'Athènes (internet)

Armoiries de la famille de RAY.(internet)

Prise de Constantinople en 1204(internet)

Tour du palais d'Othon de Ray,sur l'Acropole, détruite en 1874(internet)

UN COUPLE MYTHIQUE: ROZE DE RAY et ALEXANDRE DE MARMIER

Il n'est point de château ou de noble famille qui ne perpétue "son" histoire amoureuse à l'instar de celle de Roméo et Juliette .... Pour la famille de Ray ce sera la romance d'Alexandre et Roze...

Lisons le comte Hubert de Salverte:

"...Alexandre de Marmier, baron de Longwy, fils de Jehan de Marmier et de Paule de Pontailler, dame de Seveux, épousa, le 22 février 1609, Roze (Rose) de Ray, fille de Clériadus, baron de Ray et de Claudine Françoise de Beauffremont.

Rose avait épousé Alexandre de Marmier par pure inclination, car la légende veut que son père désirait pour elle un autre mariage; mais le coeur a ses raisons...Rose était follement éprise de son jeune et brillant cousin. Ils correspondaient en secret...Le soir venu, Rose jetait du haut des remparts un jeune poulet, sous l'aile duquel elle dissimulait une missive et ce poulet retouranait à son gîte, porteur de la réponse".

Si l'épisode du poulet ne vous convainc pas, une autre légende a été véhiculée au cours des temps; si l'origine en est la même, le récit est différent: Rose, amoureuse d'Alexandre aurait profité de l'absence de son père parti guerroyer pour échapper à la surveillance de son oncle et, nuitamment, ouvrant la fenêtre de la tour aurait lancé une corde dans le vide et serait descendue jusque dans les douves pour rejoindre ensuite son amoureux. La tour porterait depuis ce temps le nom de "Tour d'amour"

Le comte de Salverte conclut:

" Au bout du parc, devant la tour de guet, isolé sur une terrasse, un vieux tilleul, planté affirme-t-on par Rose pendant ses fiançailles, reste pour nous le témoin de cette heureuse idylle".

Toujours est il que, légendes ou pas le mariage d'Alexandre de Marmier et de Rose de Ray eut bien lieu et qu'il fut couronné par la naissance de trois enfants .

C'est par l'un d'entre eux, Joachim Alexandre de Marmier, que le titre de Baron de Ray put être transmis par le sang à François Philippe II.Ce dernier ayant en lui le sang des Ray par sa grand mère Rose de Ray, le Parlement de Besançon lui attribua la seigneurie de Ray par substitution.

Alexandre et Rose ( livret du Comte de Salverte)

Le tilleul "planté par Rose de Ray" pendant ses fiançailles. Photo Patrick Mathie 2015

Marie Célestine Philippine de Mérode Duchesse de HOLSTEIN, restauratrice du Château.

Tableau représentant  Marie Célestine Philippine de Mérode,duchesse de Holstein en chasseresse.

( Livret Comte de Salverte)

 En Août 1703, Marie Célestine Philippine fit un beau mariage avec Jean Ernest Ferdinand Duc de Holstein et héritier de la cour royale de Norvège. Fénelon lui adressa une longue lettre de félicitations. Elle avait de nombreuses relations dans le monde religieux et fréquentait les cercles littéraires.

Lettre de Fénelon à la duchesse de Holstein. Fenelon homme d'église, théologien et écrivain.
Lettre de Fénelon à la duchesse de Holstein. Fenelon homme d'église, théologien et écrivain.
Lettre de Fénelon à la duchesse de Holstein. Fenelon homme d'église, théologien et écrivain.

Lettre de Fénelon à la duchesse de Holstein. Fenelon homme d'église, théologien et écrivain.

"C'est à la Duchesse de Holstein que nous devons la restauration du château dans son état actuel. Elle se servit des vieilles pierres de l'édifice ruiné pour la reconstruction. De féodal, Ray devint un château Louis XIV très simple, sans aucune ornementation. C'est un grand fer à cheval, flanqué du côté de la rivière de deux hautes tours;l'une de ces tours est romane et date effectivement du Duc d'Athènes. Le principal mérite de la Duchesse de Holstein dans cette restauration est d'avoir su conserver intact ce  qui subsistait de l'ancienne forteresse..."  (Comte de Salverte)

Photo Patrick Mathie 2015

 La "Tour d'amour" médiévale.Photo Patrick Mathie, avril 2016

La "Tour d'amour" médiévale.Photo Patrick Mathie, avril 2016

UNE "FIGURE" DE RAY: GABRIELLE DE MARMIER, COMTESSE DE SALVERTE.

Née le 31 janvier 1911 à Paris, Gabrielle de Salverte est décédée le 16 octobre 1992 à Vesoul.

Mariage de Gabrielle et d'Hubert à Ray ( photo transmise par Alain MEY)

Elle a épousé le Comte Hubert de Salverte le 8 avril 1931.

Elle fut Maire de Ray penant 32 ans de 1955 à mars 1987.

Arrêté du Maire Gabrielle de Salverte portant sur l'interdiction de laver du linge dans les abreuvoirs de la commune et de prélever de l'eau avec des tuyaux. Avril 1955.(ADHS.Photo Patrick Mathie)

Le Maire, Gabrielle de Salverte ( au centre) , remet une médaille à Madame Lambert. Photo prise en 1955 devant le café-restaurant rue Sainte Anne ( actuellement le Tilleul de Ray), transmise par Alain MEY.

Avec son mari Hubert, Gabrielle entreprit pendant des dizaines d'années la restauration du château de ses ancêtres. Leur action commune fut immortalisée par une plaque apposée sur la façade ouest du château.

"Vingt cinq ans de labeur". Photo Evelyne Joly.

La place centrale  de Ray, au carrefour de la rue du Château et de la rue de Vanne, porte aujourd'hui son nom.

                                                          Place Gabrielle de Salverte  

                                                                  Photo blog privé.

Philippe Gabriel duc de MARMIER, baron de Ray 1783-1845

Philippe Gabriel de Marmier se distingua par ses faits d'armes sous Napoléon 1er puis par ses mandats électifs sous la Monarchie constitutionnelle de  Louis Philippe.

Napoléon, voulant réorganiser l'armée après la campagne et la retraite de Russie, décréta la levée de gardes nationales mobiles.

Philippe, bien qu'il n'eut aucune connaissance militaire, sollicita de l'empereur la formation et le commandement de la première légion de Haute Saône. Il mit sa fortune personnelle au service de son pays. Le régiment qu'il leva comptait quatre bataillons de 600 hommes chacun. C'est à Huningue, de décembre 1813 à avril 1814, qu'il se serait distingué en participant à la résistance de la ville assiégée, face à 30 000 soldats autrichiens et bavarois.

 

 

Pendant les 100 jours il fut élu député de Gray. Il devint ensuite général de la première légion de la Garde Nationale de Paris. En 1823 il se fit élire député par le collège des Vosges et de 1831 à 1842 il fut réélu cinq fois par le conseil de Jussey.

Il mourut à Paris en 1845.

Diane Régina Baconnière de Salverte 1934-2016

Faire le portrait de Diane de Salverte ne saurait être mon objectif à ce jour car je ne la connaissais pas suffisamment pour en parler avec une grande compétence.Aussi, à ce stade me contenterai je de faire part des informations en ma possession et de présenter des photos prise par Evelyne Joly qui a participé à l'inventaire du château et qui l'a rencontrée à plusieurs reprises.

Diane était certainement une "terrienne" attachée au terroir local. Elle avait des goûts vestimentaires simples qui ne correspondent pas à l'idée que l'on se fait d'une comtesse. Mais elle avait aussi un caractère bien trempé et rappelait à son interlocuteur la noble lignée que constituaient ses ancêtres, propriétaires successifs du château et dont elle était l'héritière.

Sa tâche fut lourde : il fallait qu'elle entretienne le château, gère les forêts et les terres dont elle avait hérité. Jusqu'en 2012 elle dirigea l'entreprise "Madame Baconnière Comte de Salverte" qui s'occupait de la production de céréales et de gestion de chasse. Avec Claire BACH elle était associée- gérante de "GROUP FORESTIER DE MARMIER"  qui avait en charge la gestion de ses forêts.

Des photos personnelles posées dans sa bibliothèque la montraient en tenue de cavalière, veste rouge, pantalon blanc. . Le dernier cheval qu'elle ait monté et qui vivait une retraite paisible dans le pré proche du parc s'était éteint en 2014 à l'âge de 40 ans. Sa famille possédait les couleurs "bleu et or" d'une casaque sous laquelle ses chevaux participaient à des courses hippiques.

Elle vivait seule dans son château accompagnée par trois employés dévoués...seule? pas tout à fait! Elle était toujours accompagnée par un petit chien, généralement un caniche, qu'elle emmenait partout dans ses déplacements. Très attachée à ses petits compagnons elle les faisait enterrer dans un petit cimetière, non loin du caveau familial des Marmier.

Tous les jours elle se rendait au Foyer Logement de Lavoncourt pour y prendre son repas de midi et le thé à 16h. Elle conduisait encore sa petite voiture bleue dotée de 2 bandes blanches "Gordini".

Elle était disponible pour faire visiter son château  à des touriste et même au Préfet!

Diane de Salverte n'hésitait pas à mettre "la main à la pâte" dans les travaux d'entretien! A plus de 80 ans elle peignait encore les fenêtres de sa demeure!

Le chant  était un de ses plaisirs, elle était membre de la chorale de l'Amicale de Lavoncourt "La clé des champs".

Toutes les photos de ce chapitre sont d'Evelyne Joly

 Avec le décès de Diane de Salverte se ferme la chaîne des sires et des dames de Ray qui ont participé à l'écriture de l'histoire du village, de la Région et de la France.

Le château,grâce au don fait au Conseil départemental, verra son intégrité préservée  conformément au voeu de Gabrielle que sa fille Diane aura réalisé!

Ses obsèques se dérouleront à l'Eglise de Ray le Mercredi 26 octobre à 14h30.

Qu'elle repose en paix à l'ombre de son château qui a traversé les âges .

Patrick MATHIE octobre 2016

Photo Est Republicain.

Photo Est Republicain.

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 > >>