Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Association " Les Amis de nos Vieux Villages Haut Saonois". Recherche et communication sur le Patrimoine des villages de Haute Saône

LA FAMILLE DEMARD A VALORISE LE PATRIMOINE DE HAUTE SAÔNE.

L'abbé Jean Christophe Demard, Docteur en histoire, vient de s'éteindre.
Avec lui s'en va l'un des plus actifs promoteurs et défenseurs du Patrimoine Haut Saônois. Son père, Albert Demard et sa maman Félicie, sont à l'origine de la conservation des traditions populaires de la région de Champlitte et de la création du musée de Champlitte. 
Jean Christophe a renoué les liens avec les chanitois qui ont émigré au Mexique et qui ont préservé, là bas, leurs coutumes importées de leur région.

 

Jean Christophe Demard

 

Albert DEMARD un "paysan érudit".

Albert Demard était à l'origine un pâtre et un cultivateur qui devint ouvrier-paysan (il travaillait également dans une tannerie et s'occupait de la vigne). Il devint employé municipal en 1952. C'est à cette date, qu'après avoir collecté des objets et mobiliers ruraux abandonnés lors de la modernisation agricole qu'il ouvrira, avec son épouse, les trois premières salles de ce qui deviendra le musée actuel des arts et traditions populaires de Champlitte dans le château des Toulongeon . Il recueillera également la parole et les témoignages des anciens.

Albert Demard

"Le musée départemental d'Arts et Traditions Populaires doit son existence à Albert et Félicie Demard aidés par la suite de leur fils Jean-Christophe. Albert Demard est né à Champlitte en 1910. Il était le plus jeune d'une famille de quatre enfants. Son père était piéçard, c'est-à-dire fabricant de corps de colliers pour les chevaux et sa mère travaillait de son côté aux tâches des lessives et du ménage chez les particuliers. A dix ans et demi, il est d'abord placé comme pâtre à Pierrecourt et c'est à l'âge de quinze ans qu'il rentre dans son village, où il devient ouvrier-paysan, partageant son temps entre la tannerie et les champs. Quand la tannerie ferme ses portes, il entre comme jardinier dans une maison bourgeoise.

En 1935, il épouse Félicie Marcel, de Percey-le-Grand. Orpheline de père et de mère, elle est gardienne du troupeau communal, puis couturière, allant travailler de ferme en ferme. Elle consacrera une grande partie de sa vie au développement du musée. Depuis longtemps Albert Demard avait pensé à ce musée. C'est le rêve d'une vie. C'est aussi le travail d'une famille unie par une même passion : retrouver l'âme de son pays. Durant les grands changements liés à l'exode rural et à la modernisation des fermes dans les années 1950, la famille Demard se voit confier du mobilier qui, petit à petit, contribuera à la constitution du premier des trois musées : le musée d'Arts et Traditions Populaires.

Fondé officiellement en 1957, le musée, installé dans le château de Champlitte, devient musée départemental en 1963. Musée ethnographique principalement consacré à la société paysanne des années 1880-1915, celui-ci aborde également la période des Lumières, avec quelques salons évoquant la présence de la famille De Toulongeon, propriétaires du château jusqu'en 1825. Albert Demard est aussi le fondateur du groupe folklorique «Les Compars de Chanitte» qui a redonné tout l'éclat des fêtes de Saint-Vincent. Il meurt en 1980, Félicie en 2003. Le 8 novembre 1980, inauguré par Monsieur Jean-Philippe Lecat, Ministre de la Culture et de la Communication, le musée Départemental d'Histoire et de Folklore devient le musée Départemental Albert Demard".

Document internet.

 

 

 

Le château de Champlitte, Musée Albert et Félicie Demard. P.M.2020

 

Jean Christophe Demard un prêtre historien

 

Jean Christophe Demard à Champlitte.

"Docteur en histoire. - Conservateur des musées départementaux de Champlitte et de Château-Lambert, Haute-Saône (en 1999). - Prêtre du Diocèse de Besançon
À peine nommé « supérieur du séminaire de Luxeuil », le père Demard est nommé au Mexique.
Jean-Christophe Demard, est l’initiateur de l’amitié entre la Haute-Saône et Jicaltepec- San Rafael. Jean-Christophe Demard est l’auteur notamment de « Jicaltepec » (chronique d’un village français au Mexique) et d’ « Une colonie française au Mexique 1833-1926 » (chronique d’une colonie française sur le rio Nautla).
a participé avec ses parents à la création dans les murs du château de Champlitte du musée des Arts et Traditions populaires, du musée des arts et techniques et du musée de Château-Lambert. Titulaire en 1980, d’un doctorat d’histoire soutenu à l’université de Franche-Comté portant sur la culture traditionnelle dans les Vosges Haute Saônoises, il a eu itinéraire universitaire brillant. Il a été conservateur des musées départementaux pendant 25 ans.
Auteur de 15 livres sur la Haute Saône, sa vie, son histoire, il a écrit notamment le Guide de la Haute Saône, La Haute Saône, la Saga du Haut Gué".

 

Source : http://remydelavingeanne.blog.lemonde.fr

Parmi les livres édités:

Livre d'Albert et Jean Christophe Demard

 

 

Les salles du Musée

Elles comprennent le musée des arts et traditions populaires qui présente le mobilier et les objets de la vie quotidienne de la région de Champlitte aux XVIII °, XIX° et XX° siècles...

 

P.M.2020

 

PM.2020

P.M.2020

P.M.2020

 

P.M.2020

...et l'épopée des chanitois partis au Mexique fonder la ville de San Rafaël

 

Les chanitois au Mexique. Musée de Champlitte.

Plan de la région de San Rafaël

P.M.2020

A l'automne 2020 un crâne en cristal de roche a été exposé  au musée. C'était un prêt exceptionnel du musée du Quai Branly à Paris:

P.M.2020

Jean Christophe Demard est à l'origine des échanges et des liens et qui se sont tissés entre les deux villes  par delà l'Atlantique.

Revitalisation de la Saint Vincent

C'est également l'abbé Demard qui a redonné une seconde jeunesse aux cérémonies traditionnelles de la Saint Vincent, patron des vignerons, à Champlitte.

 

 

 

Les "Compars de Chanitte" à la Saint Vincent.

Groupe folklorique créé par Albert Demard

 

Jean Christophe, Albert et Félicie Demard  ont su tirer de l'oubli le patrimoine de leur ville et de son finage . Par leur action ils  ont rendu bien vivant et actuel le passé de la Haute Saône, cette terre agricole qui a évolué au fil des décennies en s'appuyant sur  son terroir, ses traditions, ses hommes et ses femmes soucieux d'en préserver l'identité
Merci à eux!

 

Patrick Mathie 19.02.2021

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article