Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chroniques de nos Villages Saônois.

Association " Les Amis de nos Vieux Villages Haut Saonois". Recherche et communication sur le Patrimoine des villages de Haute Saône

ESTRAVAUX : huit siècles d'activité industriellle.

 

En sortant de Fresne Saint Mames pour se rendre à Greucourt, après avoir franchi un petit pont sur la Romaine, on longe des bâtiments industriels anciens dominés par une cheminée, ainsi qu'une maison de maître avec tour d'angle, dans la cour de laquelle s'étale la ramure de hêtres tortillards. Ici, la force motrice du ruisseau a été utilisée depuis le Moyen âge pour faire tourner un moulin, une forge puis une scierie: huit cents ans d'histoire!

P.M.

Une des deux anciennes halles à charbon reconvertie en maison d'habitation et la cheminée, témoins du passé industriel des lieux. 

 

P.M.

 

P.M.

Deux vues du site industriel pris de la route conduisant à la Chapelle Saint Quilain et passant par Greucourt.

 

Quelle est l'origine du site?

En 1242 Etienne d'Oiselay, seigneur  d'Oiselay, de La Villeneuve et de Frasne, cède le moulin d'Estravaux situé sur la Romaine, aux moines cisterciens de La Charité.

Blason de la famille d'Oiselay (Oiselet)

Etienne d'Oiselay (1208-1272), baron d'Oiselay, est le fils d'Etienne Comte de Bourgogne-Comté ( 1165-1240) et de Béatrix de Thiern.

Ruines du Château d'Oiselay et Grachaux. Lithographie de 1829, d'après un dessin de Bichebois. "Voyages pittoresques et romanesques dans l'ancienne France". Le château se situait sur une butte surnommée  "la colline aux oiseaux".

Entrée médiévale du château de Frasne le Château appartenant à Etienne d'Oiselay.

Les moines cistercien de la Charité dépendent de l'abbaye de Bellevaux "fille"  de l'abbaye-mère de Citeaux.

Plan de l'abbaye de Cisteaux. Archives de la Côte d'Or.

Moines Cisterciens. Doc:Abbaye de Clairvaux.

JGS25

L'abbaye cistercienne de Neuvelle les La Charité.

Les communs , le moulin, le bief, les jardins rappellent l'organisation spatiale d'une abbaye cistercienne. Fondée en 1133 l'abbaye disparaîtra en 1791. Les bâtiments abbatiaux ont été détruits par les révolutionnaires. Un château néo classique sera ensuite construit sur les vestiges. Dès le XIIeme siècle les moines possédaient une grange-forge.

1470

Les religieux de l'abbaye de la Charité afferment (louent) le moulin d'Estravaux à  Jehan Cendre dit le Ligeois (liègeois) afin qu'il y construise une forge.

Jehan Cendre dit le Ligeois: il serait originaire de la région de Liège spécialisée dans la méthode dite "Wallone" qui consiste à une fusion du minerai en deux temps en passant du bas fourneau antique au haut fourneau moderne. D'après François Lassus cette méthode aurait été importée dans l'est de la France au XVème siècle. Le même Jehan Cendre renouvellera  les baux de  la forge d'Estravaux (commune de Greucourt) en 1470,1474 et 1480.

Ref: cahiersduvaldebargis.free.fr

 

 Association de la forge à la grange monastique.Extrait du livre de François Lassus "Le fer au Moyen Âge.

Rôle agricole et économique d'une grange cistercienne. Wikipédia.

 

 

Soufflet.

Bas fourneau du Moyen Âge.

Le fer recueilli constitue un bloc mélangé à des scories provenant du charbon de bois servant au chauffage du minerai .

Haut fourneau. Le minerai est fondu à haute température  est devient de la fonte qui peut être coulée dans des moules.

La fonte qui est cassante doit être travaillée à nouveau dans une forge d'affinage afin d'éliminer le carbone.

Encyclopédie Diderot et d'Alembert.

1529. Un haut fourneau est  attesté sur le lieu

1620.Samson Gaumichon remet en état le site qui avait périclité. Il comprend, outre le haut fourneau des "affineries et papeteries de la forge".

1730. L'établissement comprend un haut fourneau et une forge à deux feux qui produit 450 milliers* de fer. (* millier: 1 millier= 1000 livres soit 489,5 kg)

1772. Le haut fourneau produit 1200 milliers de fonte.

1794. L'usine qui comprend également un martinet et un moulin est vendue à Pierre-Joseph Accarier, maître de forges à Chassey les Montbozon

Un martinet (marteau pilon) mu par la force motrice du moulin et d'une roue  cames, frappe le métal en  pour le former.

Encyclopédie Diderot et d'Alembert

1825 La forge appartient au Baron Lepin.

1840. La forge est définitivement supprimée.

Le site d'Estravaux:

Les archives départementales de Haute Saône conservent le cadastre napoléonien (1837) de presque tous les villages de haute Saône. Pour trouver l'emplacement du lieu dit "Estravaux" il faut chercher dans le cadastre de Greucourt, car la forge était implantée sur le territoire de Greucourt aux confins de celui de Fresne Saint Mamès .

A droite, le village de Greucourt. A gauche, le site d'Estravaux. AD70 1837

 

Estravaux. AD70 1837.

On peut voir le moulin sur la Romaine,le canal de  les bâtiments de la forge, la maison du maître de forge avec ses tours d'angle et le parc à la française donnant sur la route reliant Fresne à Greucourt.

A proximité de Greucourt se trouvait un moulin : le moulin de la Frête que l'on voit ici représenté avec son bâtiment principal, ses annexes et son jardin. AD 70.1837

 

Sur cet agrandissement du plan on voit une partie du village de Greucourt à gauche, le moulin de la Frête à droite et le chemin d'accès au moulin. AD70.1837.

 

Signification de "Frête":

Ce terme peut avoir (au moins) deux sens:

- faîtage d'une maison ou la maison elle même ( en Suisse romande)

- ce mot définit aussi quelque chose qui est dépourvu de chaleur. Frette est donc utilisé pour parler d'un froid plutôt intense. Son origine viendrait du vieux français "freid", mot latin qui se transformera ensuite en "froid" dans la langue française. ex : Il fait très frette durant la nuit (Canada).

1846 Recensement de la population à l'usine d'Estravaux

Le recensement de 1846 montre que l'usine d'Estravaux comprend des logements habités par une population jeune. Le maître de forge se nomme Hypolite Rainguet. Il est âgé de 40 ans.

1847.  Propriété de la veuve Perret.Le fourneau produit 1050 tonnes de fonte. L'usine emploie 170 ouvriers.

1855. Le maître de forges de Buyer achète le site.

Arthur de Buyer (1812-1903) , maître de forges est aussi Président du conseil d'administration des Houillères de Ronchamp dont le puits n°11 est le plus profond de France (1010m) au début du XXeme siècle.

Arthur de Buyer

Château de Buyer construit dur les plans de Claude Antoine Colombot.

 

1864. Fermeture des portes de l'entreprise métalurgique.

1872. L'ancienne usine à fer d'Estravaux est remplacée par la scierie Jean Baptiste Dormon.

 

1885.  La scierie est complétée par une fabrique de capsules métalliques. Elle emploie 7 hommes, 7 femmes, 12 enfants.

1890. La scierie est reprise par Ernest Dormon.

1909. Elle passe aux mains d'Henri Lartilley, maire de Saint Gand. Elle est dénommée " Scierie mécanique et fabrique de parquets Henri Lartilley".

1938. La scierie produit annuellement 1800 t de bois ouvré.

1955. La famille Chausse travaille annuellement 15 000 m3 de grumes dont 3000 sont destinés au négoce et 12000 au sciage (traverses de chemin de fer, plots pour menuiserie et ébénisterie, pièces pour charpentes et parquets...).

 

 

Site internet de  la Scierie Chausse en 2014.

mars 2019. La scierie Chausse cesse officiellement ses activités .

 

La documentation de l'inventaire du Patrimoine de Bourgogne Franche Comté:

La forge, puis la scierie d'Estravaux ont fait l'objet d'une étude d'inventaire des services du Patrimoine. Les informations que j'ai pu réunir en ce qui concerne le calendrier proviennent de cette source. Des photos on été faites dans les années 80-90. En voici quelques unes...

 

Entrée du site en 1989. Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Yves Sancey

 

Plaque à l'entrée du site.1989.Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Yves Sancey

Le maître de forges de Buyrer en a fait l'acquisition en 1855.

 

Demeure Patronale.1989.Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Yves Sancey

Vue aérienne du site 1989.Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Yves Sancey

On peut  voir, au milieu de la photo, les deux halles à charbon jumelles dont l'une au moins  a été transformée en maison d'habitation.

 

Demeure patronale 2009.Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Jérôme Mongreville.

Cour 2009.Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Jérôme Mongreville.

 

Arrière de la demeure patronale 2009.Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Jérôme Mongreville.

 

La cheminée 2009.Patrimoine de Bourgogne Franche Comté. Jérôme Mongreville

 

Photos actuelles:

Lors des inondations de 2016. P.M.

 

2016.P.M.

 

La Halle à charbon transformée en habitation 2016. P.M.

 

Canal de dérivation de la Romaine.2020 P.M.

 

Maison de Maître 2020. P.M.

 

Quelques grumes en souffrance..!2020.M.

 

Vestiges d'une activité industrielle qui fut florissante.2020.P.M.

 Près de huit siècles se seront écoulés, depuis qu'Etienne d'OIselay a cédé le moulin  aux moines cisterciens de la Charité, jusqu'à l'arrêt complet de toute activité  en 2019 à Estravaux. C'est sans doute un record de longévité d'entreprise en Haute Saône!

Avec ses forêts, son minerai de fer, son charbon, ses nombreux cours d'eau descendant des Vosges, le département fut l'un des plus actifs en matière de production et de transformation de métal. Les scieries, qui ont pérennisé un temps l'activité industrielle, trouvaient leurs matières premières dans les nombreuse forêts de feuillus, principales ressources budgétaires des communes rurales.

Par ce court article j'espère avoir contribué à la meilleure connaissance d'un passé industrieux qui mérite d'être regardé avec intérêt.

Patrick Mathie 2020

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article