Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chroniques de nos Villages Saônois.

Association " Les Amis de nos Vieux Villages Haut Saonois". Recherche et communication sur le Patrimoine des villages de Haute Saône

AUTET, DE LA PLAGE AU CHÂTEAU

Le village d'Autet situé à proximité de Dampierre, traversé par le Salon et bordé par la Saône étire ses rues dans la plaine. Dominé par son église installée sur une croupe il a vu sa population fluctuer au cours des siècles: en 1793 on y recensait 519 citoyens, le maximum de population étant atteint en 1831 avec 613 habitants; l'étiage se situe en 1946 avec un chiffre de 244. De nos jours il rassemble 262 personnes.

Le Salon domestiqué a fait tourner les roues à aubes de deux moulins . Un château fut propriété de la famille Barberot d'Autet. Mais ce qui fait l'originalité du village c'est sa plage aménagée en bordure de Saône...

La  "baignade" d'Autet

Située à l'écart du village elle est accessible par une petite route bordée d'arbres. Un vaste terrain triangulaire enherbé , bien entretenu accueille les baigneurs qui peuvent profiter de stands de restauration, de tables de pique nique et même d'emplacements réservés au camping traditionnel. La rive sablonneuse lui a valu la dénomination de" plage" depuis des lustres.

 

La plage d'Autet en 2016. Photo aérienne Patrick Mathie 

 

 

 

Photos 2015. Patrick Mathie

Dans l'eau relativement claire on trouve une quantité de coquilles de petites palourdes...ce sont des "corbicula fluminéa" bivalves invasives venues ...d'Asie! Comment sont elles arrivées là? Les scientigiques pensent qu'elles ont pu venir dans les ballasts des navires venant de Chine puis ,collées sur la coque des péniches ou des bateaux de plaisance elles ont remonté le Rhin et le Rhône... Particulièrement prolifique (elles sont hermaprodytes) et bien qu'elles filtrent l'eau elles consomment le phytoplancton aux dépens des espèces locales. Après les frelons asiatiques, les coques asiatiques et le coronavirus quelles autres exportations insidieuses nous réserve l'empire de Mao?!

Pique nique et camping 2015. P.M.

La baignade a été fréquentée depuis le début du XXème siècle. Son aménagement remonte aux environs de 1937.

 

 

1955

 

1979

Vue aérienne

L'arrivée à Autet

Si l'on vient de Daùmpierre en prenant la rue de la Grande ligne qui traverse les pâturages on arrive à Autet en empruntant le pont sur le Salon. C'est l'église qui se révélera à vous en premier.

 

Le clocher de l'église d'Autet domine la plaine. PM

L'église Saint Pierre et Saint Paul possède un choeur gothique du XIVème siècle, un transept du XVIeme et un retable du XVIIIeme.

 

Des vitraux contemporains. Documents la Route des Communes.

 

Pour traverser le Salon une seule solution: le pont du chemin des prés

 

1905

Mais pour traverser la Saône en venant de Quitteur on utilisait, autrefois, un bac comme le montre ce plan présentant le tracé de la ligne de chemins de fer vicinaux datant de 1900.

 

Un bac à traille.

Les anciennes gares d'Autet

Autet avait la particularité de posséder deux gares de chemin de fer implantées à proximité l'une de l'autre: celle des Chemins de fer de l'Est (la gare de l'Est) et la station des Chemins de fer vicinaux de Haute Saône.

On surnommait les lignes des chemins de fer vicinaux de Haute Saône (à voie métrique) le Tramway ou encore, plus familièrement, le Tacot!

Les deux gares.

La gare des chemins de fer de l'Est

Démolition de la Gare SNCF d'Autet en 1985... On peut se demander pourquoi?

Doc: "Le Pays Damoierrois et Fresnois" Michel Mauclair. Editions Alan Sutton. Nov 2000.

 

Autet. Plan station CFV. ADHS

 

La station (gare) d'Autet-Est, en haut du plan et, en bas, la station des CFV. C'est un aménagement intelligent  (pour peu que les horaires des trains aient été synchronisés!) que l'on appellerait aujourd'hui multimodal... On peut remarquer que le chef de gare de la ligne de l'Est  possédait un grand potager qui lui permettait certainement d'améliorer son ordinaire! Document ADHS.

Peut être...l'ancienne gare des CFV? Photo PM.2020

 

Deux cartes postales, la première, ancienne,  (vaches et poules),l'autre semi moderne (berger, moutons et chien) représentant le pont du chemin de fer qui enjambe la rue de la Fontaine.

 

Doc. Michel Mauclair

Doc. Michel Mauclair

Le passage du TGV à AUTET! Doc. Michel Mauclair

 

 

Le pont des chemins de fers vicinaux entre Quitteur et Autet.

La station des CFV d'Autet se trouvait sur la ligne Gray-Jussey.

 

Le lavoir.

 

Un des piliers qui supporte la toiture comporte une date gravée: 1824. On ne peut dire avec certitude si c'est la date de construction du lavoir ou, comme cela se faisait souvent la date de la construction de la toiture; en effet les lavoirs étant généralement construits à ciel ouvert, puis,afin de protéger les lavandières des intempéries les municipalités les faisaient recouvrir d'une toiture...

 

Les moulins d'Autet

Le village possédait deux moulins sur le Salon canalisé

Le moulin du Basset:

 

Le moulin  Basset, proche du centre du village, était un moulin à farine et à huile.Cadastre de 1840. ADHS 70.

Le moulin Basset de nos jours, vu depuis la place du pont. P.M. 2020

Le barrage sur le Salon. Canal d'amenée au bief du moulin. P.M.

Le moulin de la Charme, plus éloigné d'Autet et proche du village de Dampierre sur Salon.

L'entrée de l'usine dont le portail s'ouvre pour accueillir un chargement de bois.

Le moulin de la Charme apparaît sur le cadastre napoléonien de Dampierre sur Salon. ADHS 70

Il a été transformé en usine et a fait l'objet d'une étude d'inventaire par le Patrimoine de Bourgogne Franche Comté:

Plan de l'usine de fabrication de forme en bois pour chaussures. P.B.F.C.

"Vers 1887, Jean Martin Spenlé acquiert le moulin de la Charme, dont la matrice cadastrale signale que "tout l'outillage est enlevé", et y implante une usine de formes pour chaussures. Une "fabrique, une maison, un hangar et un bureau" sont construits entre 1887 et 1901. Attesté sur la carte de Cassini en 1760, le moulin appartient en 1810 à François Cornevin, et comprend également une huilerie. Acquis par Aimé François Tramoy, propriétaire des moulins de Gray et de Savoyeux, le moulin de la Charme est reconstruit et modernisé vers 1825. Il est détruit par un incendie le 24 mars 1858. L'arrêté préfectoral du 7 mai 1859 réglemente le moulin que ses propriétaires, Paret père et fils, négociants à Gray, sont autorisés à reconstruire. Il cesse son activité avant 1885. L'usine de formes pour chaussures est touchée par un incendie en 1906. La société est exploitée par Mathias Spenlé, puis par Ernest dans l'entre-deux-guerres. En 1949, l'usine est dite "manufacture de bois ouvré pour chaussures, formes, embauchoirs, talons ". Elle ferme ses portes vers 1965, et l'activité est transférée pendant quelques années dans le bourg voisin de Dampierre-sur-Salon. A l'exception de la maison d'habitation, les bâtiments sont désaffectés, et la toiture de l'atelier de fabrication est partiellement effondrée. Le moulin-huilerie compte 4 roues hydrauliques en 1810. Le moulin comprend quatre paires de meules et deux machines à nettoyer en 1827. Une chaudière tubulaire Badenia (Düsseldorf) est autorisée en 1920. La fabrique emploie 8 hommes et un enfant en 1893, et une quarantaine d'employés dans les années 1960".

Ref: Dossier d'inventaire Patrimoine BFC

Bief d'amenée de l'eau et entrepôt. Mongeville PBFC

Atelier de fabrication avec son système d'entraînement des courroies. Mongeville PBFC

Vue d'ensemble depuis l'Ouest. Mongeville PBFC

Monogramme de la grille d'entrée. Mongeville PBFC

Diverses formes à chaussures. Mongeville PBFC

Ref: Les clichés sont de Jérôme Mongeville. Dossier d'inventaire du Patrimoine de Bourgogne Franche Comté.

2009

Facture de 1913 des Etablissements Ernest Spenlé, successeur de Jean Marie. On notera que les productions de ces ateliers ont reçu des médailles d'or, d'argent et de bronze aux expositions internationales et à l'exposition universelle de Paris en 1900. C'est dire la compétence des ouvriers et la qualité des production!

 

La Mairie et l'Ecole

 

La mairie et l'école en 2020. P.M.

 

Des plaques "à l'ancienne" marque aujourd'hui les entrées.

.

.

Deux clichés différents montrant les écoles autrefois. On voit que la cour de récréation est partagée en deux: à gauche la cour des garçons, à droite celle des filles qu'un mur et une barrière sépare. Les garçons portent béret ou casquette tandis que les filles sont vêtues d'une robe noire et d'un plastron balnc.

1912. Doc. Michel Mauclair

1936. Doc. Michel Mauclair

1960.Doc Michel Mauclair

 

1969. Doc. Michel Mauclair

 

En face des écoles, le chalet Belle-Vue. La maison existe toujours...

Le château d'Autet

Le château qui se trouve au centre du village a brûlé il y a une soixantaine d'années. Seuls les murs restaient debout. La propriétaire actuelle m'a indiqué que sa famille l'avait entièrement restauré. La grille d'entrée qui date du XVIIIeme siècle, comme le bâtiment, est classée.

 

 

En face de l'entrée du château, de l'autre côté de la rue, une grille ferme l'entrée des jardins du château.

Photos P.M.

Autet carte géoportail. Au centre le château ( Ch)

Le château d'Autet. Photo satellite Géoportail.

 

 

Les familles d'Autet et de Breda.

1 Les d'Autet

Une famille, originaire d'Autet était propriétaire du château et d'autres maisons et terrain dans le village. Au XIX ème siècle Monsieur d'AUTET est cité plusieurs fois ( on le verra plus tard ) dans les gazettes haut saônoises en sa qualité de Président du Comice Agricole de Dampierre sur Salon charge qui le mettait en relation avec le Préfet.

 

Blason de la famille Barberot d'Autet

Le "dictionnaire des familles françaises" nous donne des informations sur les Barberot d'Autet:

Extrait du dictionnaire des familles françaises

La dernière descendante de la famille , porteuse du nom est Marie Barberot d'Autet

Les tables décennales de la ville de Besançon déposées aux archives du Doubs indiquent qu'elle est née le 27 juin 1845. AD25.

Notons une curiosité que l'on retrouve dans la généalogie de la famille: les prénoms masculins donnés à une fille. La réciproque est vraie pour les garçons.

Marie Barberot d'Autet se mariera à Autet avec le baron de Breda le 25 juillet 1869. Son père Etienne Hyppolite d'Autet est décédé en 1863 à Aix les Bains. Sa mère Anne Marie née Fallatieu, propriétaire à Autet a 57 ans lors du mariage. Au mariage, un lieutenant de vaisseau, des vicomtes, des barons...

Extrait de Généanet. Courson.

 

 

Acte de Mariage de Marie avec le baron René Jean Marie de Breda .ADHS70

De leur union naîtra un fils, Pantaléon, qui s'engagera dans l'armée coloniale. Voici ses états de service:

 

Il passera devant le conseil de guerre pour "abandon de poste" sera dégradé puis après des campagnes à la Réunion,à Madagascar en Guyane, en Chine il retrouvera ses galons en raison de sa bonne conduite. Il participera à la campagne contre l'Allemagne de 1917 en 1919 en Indochine...

2 Les de Breda

Les ancêtres de la famille de Breda sont originaire de Leyde au Pays Bas. Le plus ancien répertorié est Dibolld, vicomte de Leyde décédé en 838 à Voorburg. Leyde fut le siège d'une université fondée en 1575.

L'université de Leyde, vers 1600.

La généalogie des de Breda est impressionnante.

 

L'origine des De Breda remonte à Rahode qui était seigneur de Berg en 1179.

Frédéric III de Berg épousa en 1377 Catherine de Buren

Jean de Berg de Breda décédé en 1540 était gentilhomme du Dauphin et du duc d'Orléans

Christophe de Breda vicomte de la Vigne était conseiller du roi vers 1600

Pantaléon 1er de Breda 1666-1738 était lieutenant du roi à Saint Domingue....

C'est par son mariage avec Marie Barberot d'Autet que le baron de Breda est devenu propriétaire du chât propriétaires ont racheté le château à la famille de Breda. C'est aux descendants de cette famille que les propriétaires actuels ont acheté le château.

 

AUTET dans la presse haut saônoise autrefois.

Des articles de journaux évoquent la vie du village dans l'ancien temps. Le Journal de la Haute Saône était l'un de ces  vecteurs de nouvelles nationales et locales. On y trouve la narration de nombreux incendies qui montrent qu'on était solidaires entre villages, des noyades, des crimes et une histoire un peu rocambolesque...

1840

Incendie

 

1851 

Ouragan

 

1855 

Extrait de l'allocution de Monsieur d'Autet , Président du comice agricole de Dampierre sur Salon

1859

Monsieur d'Autet loue son château de Soing...

 

Le château de Soing. Cadastre napoléonien. ADHS70

 

Le château de Soing sur le plan d'alignement des rues. ADHS 70

 

Le propriétaire. Relevé de 1839. ADHS70

1860

Médaille à Monsieur d'Autet pour ses vins d'Autet

 

1882

Tentative de suicide ferroviaire

1892

Location de terres

 1891

Découverte d'antiquités...

Suicide de l'adjoint au Maire...

1893

Le repas des vétérans, conscrits en 1853

Les vieux conscrits fêtent les quarante ans de leur tirage au sort pour aller sous les drapeaux.

A cette époque les jeunes gens en âge de revêtir l'uniforme était tirés au sort ou tout du moins c'est eux mêmes qui devaient tirer un numéro placé dans un sac. 

" La conscription est institutionnalisée en France en 1798 à l'initiative du général Jourdan. De 1804 à 1903, les appelés sont convoqués pour connaître leur affectation à l'issue d'un tirage au sort. Dans un premier temps, le tirage au sort détermine qui part et qui ne part pas, les numéros les plus bas étant réputés « bons pour le service ». En 1872, la fonction du tirage est changée : les numéros les plus bas font un service de cinq ans, les autres d'un an seulement. En 1889, la durée du service est fixée pour tous à trois ans, les numéros servant désormais à déterminer l'arme d'affectation".

Les pères de familles pouvaient s'assurer contre le "mauvais tirage au sort " et se faire remplacer. Un agent d'affaire proposait ses services.

Le conseil de révision au chef lieu de canton, ancienne formule, mais qui était toujours en vigueur dans les années 1970! Seule différence: le port du slip!

 

Souvenirs de conscription en Alsace

 

 

Le conscrit alsacien malheureux doit quitter sa promise...

 

1895 Une rocambolesque affaire au château d'Autet!

Les journaux de Gray et Vesoul ont repris une information donnée par les journaux parisiens: le château d'Autet aurait été le centre d'un vaste trafic d'argent auxquels seraient mêlés des hommes politiques parisiens! Le chef de la Sûreté Nationale Monsieur Cochefert est d'ailleurs venu lui même au château pour y chercher des preuves que l'on disait accablantes

 

 

Monsieur le chef de la Sûreté Cochefert et sa caricature.

L'affaire narrée par la presse haut Saônoise. 

Madame Renez, Marquise de Belluge, aurait accueilli en son château d'Autet des réunions mystérieuses d'hommes politiques dont des comtes italiens...

 

 

L'affaire que l'on appellera l'affaire Arton du nom d'un des principaux protagonistes avait pour toile de fond le scandale financier de l'emprunt relatif au creusement du canal de Panama. Des fonds recueillis par souscription auraient terminés dans la poche d'élus de la Rapublique. Le canal conçu au départ par Ferdinand de Leseps avec l'aide d'Eiffel, faute d'argent, fut terminé par les américains!

 

Arton le "Deus ex machina" du détournement de fonds , s'était enfui à Londres. Il y fut arrêté. Son arrestation fit la "Une" du Petit Journal.

1896

Certains habitants d'Autet ( une trentaine dit-on) on signé une vive protestation contre les mensonges infamants qui ont visé le château et donc, le village.

Epilogue:  Les fausses informations concernant le château ont été fournies par le dénommé Germond, faux journaliste, mais véritable escroc! Les raisons de cette mises en scène restent obscures.

 

Pour conclure cette petite monographie d'Autet

Une vue du café restaurant qui n'aura pas eu à connaître les problèmes du confinement relatif au covid 19!

Une carte postale "Fanfare d'Autet". La fanfare animait les fêtes et comices agricoles.

Capture de prisonniers allemands fugitifs. Ils auront fait 450 kilomètres avant d'être repris!

Le foyer Le Comtois.

Facture d'un artisan local

Plaque signalétique en fonte, dite "de cocher"aux environs des anciennes gares.

Vue aérienne couleur des années 70.

 

 

Restauration des témoins du passé. Saint Antoine?

( Le cadenas n'est pas d'époque...peint en noir il se fondrait mieux dans cette belle rénovation!)

 

Patrick Mathie

19 juillet 2020

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

evelyne 20/07/2020 08:59

super document !!! on apprend énormément en l'étudiant de près, Merci Patrick

Patrick Mathie 20/07/2020 10:03

Merci, Evelyne!