VAUCONCOURT- NERVEZAIN QUAND UN VILLAGE RETROUVE SA BOULANGERIE

Publié le par Patrick Mathie

La France compte actuellement 30 600 boulangeries artisanales qui emploient 138 000 personnes. Elles étaient au nombre de 50 000 en 1950. Les principales raisons de la baisse résident dans la diminution de la consommation quotidienne de pain par personne: 350 g en 1950 et 130g de nos jours. D'autre part,la vente de pain industriel dans les grandes surfaces représente 26% du marché, tandis que les "paneteries" qui ne font que cuire de la pâte congelée, vendent 12% des pains produits. La fabrication de pain artisanal par de véritables boulangers concerne encore 62% des ventes. 

C'est dans les villages que la fermeture des boulangeries est la plus sensible.

Tony PIGNY, 18 ans, ses deux CAP de boulanger et de pâtissier en poche a décidé de réouvrir la boulangerie de Vauconcourt fermée depuis 3 ans. Après un accord avec l'ancien propriétaire il a pu rénover la boutique, relancer le four et fabriquer ses premiers pains et gâteaux depuis le 25 juillet.

La première fournée débute à cinq heures du matin et, dès 6 h30, la boulangerie ouvre ses portes. Les clients matinaux qu'ils soient du villages ou de passage peuvent ainsi profiter d'un pain croustillant et doré ainsi que des viennoiseries savoureuses qui agrémentent le petit déjeuner! C'est Solange, la maman de Tony qui aide son fils à la vente. On peut aussi trouver les journaux: L'Est républicain, la Presse de Gray, la Presse de Vesoul. Un petit rayon d'épicerie complète les produits .

Voilà donc une adresse à retenir à Vauconcourt-Nervezain:

Boulangerie Patisserie PIGNY,

2 rue du Muguet !

Bientôt une tournée sera effectuée dans les villages des alentours.

 

Félicitations à ce jeune professionnel qui n'a pas hésité à "retrousser ses manches" et à sa famille qui le soutient dans son entreprise!

Reportage Patrick Mathie

 

Commenter cet article