QUAND LE TOUR DE FRANCE PASSE PAR BOULIGNEY

Publié le par Patrick Mathie

Le Mercredi 5 juillet, en début d'après mid,i la caravane du Tour de France puis les coureurs se sont succedés dans la traversée du village de Bouligney proche de Saint Loup sur Semouse.

Les services de Sécurité avaient embauché ,dès le matin, Napoléon Ier juché en observateur sur la fontaine éponyme et revêtu, lui aussi d'un plastron jaune pour la circonstance! Recrue impériale pour une manifestation républicaine!

Le bar tabac épicerie "Le Napoléon" avait sorti tables, bancs, parasols et barbecue pour accueillir restaurer et abreuver les fans du Tour à des tarifs plus que raisonnables! 

La moindre parcelle d'ombre était très recherchée alors que s'installait la canicule!

 

LES VOILA !

Les spectateurs placés à l'entrée de Bouligney aperçoivent les 8 échappés qui descendent le "toboggan" du village de Cuve! La chaleur fait trembler les lignes!

Le peloton suit à 2 minutes 30....

60 secondes d'intense émotion lors du passage des coureurs et....tout est fini!

Le village de Bouligney

Bouligney est situé sur la route  qui relie Saint Loup à Vauvillers puis qui gagne la Haute Marne vers l'ouest. L'Atlas cantonal de 1858  montre l'implantation de l'ancienne route, des Croix,  des fours à chaux et des anciennes ruines et antiquités romaines. La rivière, le Drugeon coule entre Bouligney et Cuve.

 

Du mont Saint Amarant qui culmine à 277 mètre on a une très belle vue à l'Est sur les Vosges et sur la désormais célèbre  Planche des Belles Filles.

"Cette colline boulinoise, sur laquelle avait édifié le château d'eau, a été utilisée, un temps, comme lieu d'observation du passage d'avions ennemis lors du début du conflit de 39-45. Des citoyens avaient été recrutés par les Autorités et dotés d'une paire de jumelles et d'un plan représentant la silhouette des avions allemands en vol. Ils devaient observer, reconnaître et signaler les intrus en redescendant rapidement au bistrot du village et en téléphonant leurs observations à la gendarmerie de Saint Loup. Les compères ont certainement passé plus de temps accoudés au zinc qu'à scruter les cieux vides d'aéroplanes à croix gammée!"  Anecdote racontée par un habitant de Bouligney.

La population

Le village, au dernier recensement, compte 424 habitants. On en a dénombré au maximum 908 en 1851. En 1637, la population a été amputée de 80% en raison de la peste véhiculée par les soldats.. Les malades étaient transportés en forêt ,dans des huttes, loin du village. On les enterrait dans un cimetière qui porte encore le nom de "cimetière des pestiférés".

Situé près du hameau "Les Granges d'Amalix"Il est classé au répertoire des Monuments Historiques. En bordure de route, une croix rappelle le souvenir d'un enfant dévoré par un loup!

Vidéo:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/2014/10/27/bouligney-le-cimetiere-des-pestiferes-579232.html

 

Les puits:

Bouligney compte un nombre important de puits en grès avec tambour en bois servant à enrouler la chaîne du seau. L'un d'eux a d'ailleurs été usé par le frottement du seau sur la margelle.

 

Les croix de dévotion

Deux d'entre elles sont particulièrement intéréssantes.

L'une située à l'entrée du village, sur l'ancienne route  a été érigée "ce 27 may 1648" par Charles BRENIER et Colombe VIOLON pour le salut de leurs âmes.

A la révolution française un tilleul a été planté à proximité. Son tronc, trois fois centenaire, affaibli par l'usure du temps  a été brisé par une tempête il y a quelques années. Un artiste sur bois a tiré parti de la souche en sculptant des hiboux à la tronçonneuse!

 

La seconde a vu une statue mariale, haute en couleurs, venir lui tenir cmpagnie

Les marques du passé

De nombreuses clé de voûtes de granges portent la date de leur de leur érection; L'une d'elle a conservé tout son cachet d'antan (1733).

Une curieuse plaque de grès sculptée:

Incluse dans le mur d'une maison elle est gravée dans un bloc de grès. Elle porte l'inscription J.RAGONET ( nom porté autrefois par 65 habitants de Saint Loup) une date ,1806 ( bataille napoléoniene de Iéna?) des canons et des boulets, surmontant une sorte de mausolée chrétien qui aurait pu inspirer l'architecte de Douaumont...

Le lavoir, surmonté de l'ancienne Mairie, l'horloge et la fontaine: les "clous" de Bouligney!

L'horloge aux couleurs de la République comporte un cadran tricolore et des automates arborent les mêmes couleurs. Elle mériterait une rénovation complète!

Quant à Napoléon 1er dominant la fontaine, on peut dire qu'il est un intrus! En effet le Conseil municipal de l'époque ( dans les années 1870) avait souhaité placer la statue de Napoléon III (!) au sommet de l'édifice car l'empereur venait souvent à Plombières pour prendre les eaux. C'est un hommage régional qu'on souhaitait ainsi lui rendre.Une erreur de commande ou de livraison est à l'origine de ce quiproquos qui s'est prolongé jusqu'à nos jours.

L'activité économique de Bouligney

Bouligney possédait des terres propices à la culture du choux. Autrefois une choucrouterie tournait à plein régime à l'automne.

Des fours à chaux fonctionnaient aux XVIIIème et XIXème siècles.

Comme à Saint Loup, mais à une moins grande échelle, on fabriquait des meubles au village. Des femmes étaient employées à domicile pour confectionner des dentelles ou des chaussures.Elles étaient rémunérées "à façon" par les usines de tissage lupéennes.

 

Mais de nos jours ces activités ont disparu! 

D'autres continuent à se développer:

-Nettoyage Clean service 70

- Alimentation bar tabac: "le Napoléon"

-Gardiennage Sage

-Scierie Baudoin

-Pizzas Roger

- Maçonnerie Garnier

- Fournitures pompes funèbres Facil

- Récupération métaux et nettoyage Heitzman

- Agriculture Gaec Dioley

- Vente de produits fermiers de producteurs La Charmotte

- Menuiserie CL Menuiseries

- Ecole maternelle ( regroupement pédagogique)

Au Ruisseau des Ecrevisses, une fromagerie propose des produits laitiers de qualité:

Bon appétit!

Bonne visite de Bouligney!

Textes et photos Patrick MATHIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article